Positif

Si on tient uniquement compte des joueurs de plus d'1,85m, le Suédois (1,92m) est le plus fort du monde sur le plan technique. Il possède toutes les facettes de magicien du ballon rond : bien qu'entouré de plusieurs adversaires, ses dribbles dans les petits espaces sont extrêmement déroutants. Il a déjà ponctué de nombreuses fois des slaloms de haut vol dans les 16 mètres par un but.
...

Si on tient uniquement compte des joueurs de plus d'1,85m, le Suédois (1,92m) est le plus fort du monde sur le plan technique. Il possède toutes les facettes de magicien du ballon rond : bien qu'entouré de plusieurs adversaires, ses dribbles dans les petits espaces sont extrêmement déroutants. Il a déjà ponctué de nombreuses fois des slaloms de haut vol dans les 16 mètres par un but. Son jeu de tête est naturel et sa technique dans les airs est excellente. Sa taille l'aide bien évidemment. Il n'est pas un bulldozer écrasant tout sur son passage mais son timing et la précision de son coup de tête le rendent très efficace sur les balles hautes aussi bien dans le grand rectangle que plus bas dans le jeu quand il doit évoluer comme pivot. Sa vision du jeu est tout simplement phénoménale. Il sent les réactions des défenseurs et du gardien au point d'anticiper leurs interventions. Cela lui permet d'inscrire des buts venus d'ailleurs. Celui marqué avec l'Ajax où il élimine la moitié de l'équipe adverse keeper compris, et celui réussi d'une aile de pigeon avec la Suède contre l'Italie de Gianluigi Buffon en sont de fantastiques exemples. Le joueur du Barça est complémentaire avec tous les types de partenaires tant son registre est complet. Il est capable d'évoluer comme pivot mais il peut aussi lui-même se montrer très efficace à côté d'un tel joueur. Il peut aussi se montrer très adroit dans les petits espaces comme dans les situations de contre-attaque. On peut le qualifier de véritable buteur (sans pour autant être un tueur dans les 16 mètres) tant son habileté et son sang-froid atteignent un très haut niveau dans le rectangle adverse. L'élégance fait également partie de ses grandes qualités et on peut dire qu'il est un régal pour les yeux des amoureux du beau geste. C'est un joueur qui, à tout moment, est capable de débloquer les situations les plus délicates pour son équipe. Même face aux défenses les plus hermétiques et les plus regroupées, il trouve l'ouverture dans un trou de souris. Un de ses grands points forts est le jeu dos au but. Il utilise remarquablement sa stature pour faire écran par rapport à son adversaire direct. Il se sert très bien de ses bras comme de tentacules et s'appuie sur le corps de son opposant pour le contourner et l'éliminer. Il possède un caractère bien trempé. Dans certaines circonstances, il devrait se maîtriser car il lui arrive de péter un câble et de répondre aux provocations des adversaires et aussi de se fritter avec ses partenaires. Il a une très haute opinion de lui-même, qui le conduit souvent à être suffisant et à penser que seul son talent lui permettra d'être performant. Ce comportement est de nature à irriter ses partenaires et encore plus son coach. Son volume de jeu est généralement insuffisant, spécialement quand il traîne son ennui. Durant certaines périodes de match, il peut être complètement invisible. Cette attitude de fainéant est un véritable gâchis : surdoué du foot, ses stats devraient être bien meilleures. Son jeu en perte de balle est très passif et le fait d'évoluer dans des équipes de top niveau l'autorise à être peu actif en reconversion défensive. Cette partie du jeu se fait instinctivement et il est très difficile pour ses entraîneurs de l'intégrer dans un schéma collectif de récupération du ballon. Il n'apprécie pas les adversaires agressifs et physiques. Contre eux, il a tendance à redescendre dans le jeu ou à se cantonner sur un flanc pour échapper au marquage. Il devient alors beaucoup moins utile à son équipe en jouant contre-nature vu qu'il est surtout performant dans les 25 derniers mètres, axialement. Grâce à sa virtuosité technique, il cache son manque de vitesse sur les premiers mètres. C'est flagrant quand il n'est pas en possession du ballon. Quand il est en conduite de balle, son aisance des deux pieds laisse croire - à tort - à une grande explosivité. Quand il a envie de se mettre au service du collectif, il peut être exceptionnel mais c'est plutôt un excès d'individualisme qui le caractérise. On est en droit d'attendre plus d'un joueur doté de telles qualités.Né en 1963, Etienne Delangre joua comme défenseur au Standard de 1981 à 1992 (267m en D1 et 6b, champion en 82 et 83). Ex-chargé de cours à l'Ecole du Heysel, il coacha de la P1 à la D1 (Charleroi). par étienne delangre