Alors que le Tour de France touchait à sa fin, les décisions tombaient dans le cadre du scandale secouant le monde du Calcio. Certes, les clubs concernés se sont pourvus en appel, mais les sanctions infligées à la Juve, Milan, Fiorentina et Lazio sont lourdes de conséquences pour ces équipes mythiques du championnat italien. De nombreux joueurs sont directement touchés et on ne compte pas moins de 13 champions du monde évoluant dans les clubs concernés. La justice italienne a été suffisamment intelligente d'attendre la finale et la victoire de la ...

Alors que le Tour de France touchait à sa fin, les décisions tombaient dans le cadre du scandale secouant le monde du Calcio. Certes, les clubs concernés se sont pourvus en appel, mais les sanctions infligées à la Juve, Milan, Fiorentina et Lazio sont lourdes de conséquences pour ces équipes mythiques du championnat italien. De nombreux joueurs sont directement touchés et on ne compte pas moins de 13 champions du monde évoluant dans les clubs concernés. La justice italienne a été suffisamment intelligente d'attendre la finale et la victoire de la Squadra pour annoncer ses verdicts. Outre les amendes et les rétrogradations totalement justifiées, je m'étonne toujours des différences qui existent entre les équipes condamnées en terme de points au départ du championnat suivant. Pourquoi enlève-t-on précisément 30 points à la Juventus à l'entame du prochain exercice, 44 au Milan la saison dernière et 7 et 5 unités aux deux autres la saison prochaine ? Sur quelle base établit-on ces sanctions précises ? Il est quand même troublant de constater que le seul club non relégué est celui de Silvio Berlusconi ! On mettra cela sur le compte du hasard ! Une autre décision concerne Zinedine Zidane. La FIFA. lui a infligé trois matches de suspension et 4.800 euros d'amende. Qu'est-ce que cela représente pour Zizou ? Une sanction financière dérisoire et une courte suspension pour quelqu'un qui, de toute manière, arrête sa carrière. Par contre, le capitaine de l'équipe de France a complètement terni son image, qui je dois bien l'avouer, me paraissait, avant la finale, exemplaire à tout point de vue. Quand on analyse en profondeur la carrière du numéro 10 français, on constate que si son comportement en-dehors du terrain a toujours été au-dessus de tout soupçon, on ne peut en dire autant sur ses agissements sur les pelouses. Sans doute aveuglé par son immense talent, ma mémoire a dû être très sélective, car je ne me souvenais pas que Zizou avait été expulsé à 13 reprises avant son coup de tête sur Marco Materazzi. Cela fait quand même beaucoup pour un joueur offensif qui subit les fautes plutôt que de les commettre. Le joueur italien a certainement usé de tous les subterfuges du langage pour provoquer Zinédine, mais un joueur de son talent et de son expérience doit garder son calme en toute circonstance. Malheureusement, la pro-vocation et l'influence psychologique font partie intégrante du sport de haut niveau, et loin de moi l'idée de défendre l'attitude très peu fair-play de Materazzi, mais pour moi, Zidane est l'unique responsable de ce fait de jeu et il aurait dû se maîtriser. Beaucoup prétendent que cette sortie inattendue le fait entrer dans la légende, mais personnellement, terminer en soulevant le trophée et en étant décisif dans les tirs aux buts, l'aurait amener au panthéon des plus grands sportifs de tous les temps. Son coup de tête dans le thorax de son adversaire en a décidé autrement ! etienne delangre