On a coutume d'affirmer que, lorsqu'un nouvel entraîneur arrive à Anderlecht, on lui offre toujours l'un ou l'autre cadeau sous la forme du transfert d'un joueur qu'il apprécie particulièrement. Hugo Broos a donc finalement obtenu l'engagement de Michal Zewlakow qu'il avait réclamé avec insistance pour meubler le flanc gauche de sa défense. Après avoir rejeté une première offre (on a parl...

On a coutume d'affirmer que, lorsqu'un nouvel entraîneur arrive à Anderlecht, on lui offre toujours l'un ou l'autre cadeau sous la forme du transfert d'un joueur qu'il apprécie particulièrement. Hugo Broos a donc finalement obtenu l'engagement de Michal Zewlakow qu'il avait réclamé avec insistance pour meubler le flanc gauche de sa défense. Après avoir rejeté une première offre (on a parlé d'un million d'euros), la direction de Mouscron a fini par céder, jeudi dernier (le Sporting aurait, selon certains journaux, élevé sa mise à 1,5 million d'euros). "Je ne veux pas parler de chiffres", corrige Gino Gylain, le directeur général de l'Excel. "Disons simplement que la première offre bruxelloise était inacceptable alors que la seconde, faite la semaine dernière, a recueilli l'approbation du comité. Il s'agit, en fait, d'un package incluant à la fois le transfert d'Hugo Broos et de Michal Zewlakow. Le Sporting ne payera d'ailleurs pas tout en une fois: une partie de la somme sera versée cette année-ci et l'autre partie l'année prochaine". Dans un premier temps, Michal Zewlakow ne sera pas remplacé. "On nous a suffisamment reproché, dans le passé, de ne pas accorder la chance aux jeunes", poursuit Gino Gylain. "Alors, à eux de la saisir maintenant. L'acquisition d'un nouveau joueur ne serait envisagée qu'au cas où Dejan Mitrovic et/ou Zoran Ban (qui, contrairement au premier cité, figure dans le noyau A) trouvaient acquéreurs". L'Excelsior demeure donc dans une situation où il lui faut d'abord vendre avant de pouvoir acheter. "Comme la plupart des clubs belges", acquiesce le directeur général. Le petit pas supplémentaire, qui permettrait au club de s'immiscer parmi le top s'il parvenait à ajouter l'un ou l'autre renfort à l'équipe en place, ne parvient pas à être franchi. Au contraire, les Hurlus doivent laisser filer chaque année un élément de base. "C'est vrai, mais à quoi bon vouloir imiter Icare et se brûler les ailes en voulant s'approcher trop près du soleil? Bientôt, des normes européennes très strictes seront en vigueur pour l'obtention de la licence et il faut en tenir compte également". (D.Devos)