TACTIQUE

Les rencontres répétées avec les Diables rouges ont rendu sa silhouette familière. Il faut dire que du haut de son mètre 96, on ne voit que lui, ou presque. Impérial dans les airs, Artem Dzyuba conditionne forcément le jeu des hommes de Sergei Semak, dont il est à la fois le meilleur buteur - en compagnie du ...

Les rencontres répétées avec les Diables rouges ont rendu sa silhouette familière. Il faut dire que du haut de son mètre 96, on ne voit que lui, ou presque. Impérial dans les airs, Artem Dzyuba conditionne forcément le jeu des hommes de Sergei Semak, dont il est à la fois le meilleur buteur - en compagnie du talentueux iranien Sardar Azmoun - et le meilleur passeur. Généralement organisé en 4-2-3-1, les Russes comptent sur le flair d' Aleksandr Erokhin et la folie de Malcom pour alimenter leurs buteurs, devant un double pivot où l'énergique Wilmar Barrios fait la loi en attendant la prise de pouvoir du jeune Wendel, Brésilien arrivé du Sporting contre vingt millions cet été. Autre transfuge récent, l'ancien défenseur de Liverpool et finaliste du Mondial russe Dejan Lovren est venu s'installer dans la charnière centrale aux côtés de Yaroslav Rakitskiy, élégant relanceur autrefois pisté par Pep Guardiola. De quoi solidifier une défense à laquelle le gardien Mikhail Kerzhakov ne donne pas toujours toutes les garanties. Blessé lors d'une bonne partie de la saison dernière, le virevoltant Brésilien n'a pas encore eu l'occasion de montrer à ses supporters le talent hors-normes qui lui avait valu un transfert vers le Barça, au bout d'une saison à douze buts et sept passes décisives sous les couleurs de Bordeaux, dans une Ligue 1 très fermée. Arrivé en Russie contre quarante millions d'euros, il doit devenir l'homme qui ramène le Zenit à l'avant-plan d'une scène européenne qui se refuse de plus en plus au club de Saint-Petersbourg.