Année de fondation : 1925
...

Année de fondation : 1925 Président : Aleksandr Dyukov Stade : Petrovski Stadion (21.570 places) Site : www.fc-zenit.ru Transfert le plus cher : Bruno Alves (22 millions d'euros, FC Porto, 2010) Palmarès : 1 Coupe UEFA, 1 Supercoupe d'Europe, 2 titres, 3 coupes Qualification : éliminé des playoffs de la LC par Auxerre 1-0, 0-2 Ce médian n'est plus tout jeune (34 ans) mais c'est une légende vivante : il a joué dans plusieurs clubs moscovites (10 ans au CSKA), au PSG mais surtout à Rubin Kazan (capitaine de l'équipe championne en 2008 et 2009), où le Zenit l'a arraché en août dernier. Ses états de service en sélection russe sont impressionnants aussi : plus de 60 matches et le brassard.Luciano Spalletti avoue qu'il est un coach comblé, qu'il a le choix des armes et des systèmes, qu'il dispose d'une vingtaine de joueurs tous capables de tenir leur rang en tête du championnat de Russie. Le Zenit domine cette compétition avec notamment une défense en béton dans laquelle Nicolas Lombaerts est aligné plus souvent dans l'axe qu'à gauche. Il forme un duo performant avec le Portugais BrunoAlves. Autre star lusitanienne : l'ailier Danny. Dans cette équipe, on trouve aussi une kyrielle d'internationaux russes dont l'attaquant Konstantin Kerzhakov, qui compte plus de 50 sélections et a récemment marqué son centième but pour le Zenit. Une fois de plus, la richissime direction a cassé sa tirelire lors de l'été en transférant Alves, Sergei Semak, Aleksandr Bukharov (arrivé de Kazan pour 11 millions) et Aleksandar Lukovic (un des meilleurs défenseurs serbes du dernier Mondial). L'Italien est sur le point de faire oublier l'extraterrestre Dick Advocaat à Saint-Pétersbourg ! Arrivé au départ de la saison en cours, il a déjà rapporté la Coupe nationale au Zenit et fonce vers le titre, après la courte hégémonie de Rubin Kazan. L'ex-double Entraîneur de l'Année en Italie, qui a notamment dirigé la Sampdoria, l'Udinese et l'AS Rome, survole logiquement les débats : son président a récemment déboursé plus de 40 millions d'euros en transferts. Il a pourtant senti le vent du boulet, il y a quelques semaines : après l'élimination par Auxerre en phase préliminaire de la Ligue des Champions, la presse russe a écrit que Spalletti était sérieusement menacé. Le patron du Zenit a démenti de la façon la plus claire.