De l'avis de la plupart des observateurs, EdersonTormena fut l'un des joueurs les plus réguliers dans la saison tourmentée qu'a vécue Charleroi. " C'est un joueur assez complet ", explique MarioNotaro qui l'avait déjà côtoyé la saison dernière et l'a retrouvé lors de son retour au club, il y a quelques semaines. " Il est souvent utilisé dans un rôle de récupérateur, mais il possède aussi un excellent jeu offensif. Il est capable de marquer facilement et adore surgir de la deuxième ligne, en partant de loin. Je me souviens qu'au Germinal Beerschot, il était très complémentaire avec HernánLosada, qu'il a retrouvé à Charleroi cette saison. Il peut jouer un rôle de stabilisateur dans l'entrejeu, et je suis certain qu'il peut encore grandir s'il est épargné par les blessures. Car, dans ce domaine, il n'a pas été gâté depuis son arrivée en Belgique. Humainement, c'est quelqu'un d'ex...

De l'avis de la plupart des observateurs, EdersonTormena fut l'un des joueurs les plus réguliers dans la saison tourmentée qu'a vécue Charleroi. " C'est un joueur assez complet ", explique MarioNotaro qui l'avait déjà côtoyé la saison dernière et l'a retrouvé lors de son retour au club, il y a quelques semaines. " Il est souvent utilisé dans un rôle de récupérateur, mais il possède aussi un excellent jeu offensif. Il est capable de marquer facilement et adore surgir de la deuxième ligne, en partant de loin. Je me souviens qu'au Germinal Beerschot, il était très complémentaire avec HernánLosada, qu'il a retrouvé à Charleroi cette saison. Il peut jouer un rôle de stabilisateur dans l'entrejeu, et je suis certain qu'il peut encore grandir s'il est épargné par les blessures. Car, dans ce domaine, il n'a pas été gâté depuis son arrivée en Belgique. Humainement, c'est quelqu'un d'exceptionnel : toujours serviable, toujours à l'écoute. Le coéquipier idéal. " Ederson, né le 14 mars 1986 dans la petite ville de Brusque, dans l'Etat de Santa Catarina au sud du Brésil, était arrivé au Germinal Beerschot en 2007 en provenance de la Juventude où il avait notamment côtoyé DanteBonfim, l'ancien joueur de Charleroi et du Standard aujourd'hui au Borussia Mönchengladbach. " Lorsque j'ai débarqué en Belgique, on me considérait comme un défenseur ", avait-il expliqué. " C'était effectivement la position où j'avais joué les trois dernières saisons au Brésil. Mais c'est par hasard que j'avais abouti en défense. Avant cela, j'avais toujours joué en milieu de terrain, et même de façon assez brève comme attaquant, où j'avais le flair pour inscrire des buts. Ma principale qualité est celle d'un box-to-box. Mon père était lui-même footballeur, ma voie était donc toute tracée. Il a souvent changé de club, ce qui impliquait de nombreux déménagements, mais avec le recul, cela m'a été utile pour m'adapter partout. " Seul gros problème : la langue... Il ne parlait que portugais et sa femme qui parle anglais l'a beaucoup aidé. Mais au départ, c'est DanielCruz qui l'a secondé pour toutes les petites choses de la vie : faire les courses, le plein d'essence, ouvrir un compte en banque. En fait, en rejoignant la Belgique pour devenir footballeur professionnel, il avait surtout réalisé le rêve de son père. Il avait la possibilité de partir au Portugal, mais c'est précisément à ce moment-là que sa naissance était attendue. Sa mère, originaire d'un petit village, n'a pas osé franchir le pas ! Lors de sa première saison au Kiel, il joua 31 des 34 matches et scora à cinq reprises. Mais en fin de saison, il se blessa au genou et dut patienter jusqu'en octobre pour retrouver les terrains. Contrairement à la plupart des joueurs brésiliens, que l'on admire surtout pour leur aisance technique, Ederson doit surtout s'appuyer sur sa capacité de course et sa mentalité. C'est, précisément, son grand rayon d'action qui lui aurait été fatal au Kiel, où AiméAnthuenis lui aurait reproché un manque de lucidité tactique, ce qu'il dément. " Eddie a simplement été victime de la concurrence. Et puis, les blessures ne l'ont pas épargné. Il a souffert du genou, des adducteurs... Par la force des choses, il a dû jouer à des positions qui ne lui étaient pas familières et son parcours a été un peu malheureux. " En décembre 2008, Ederson prolongea pourtant son contrat avec le GBA jusqu'en 2014. Mais un mois plus tard, en janvier 2009, surprise : il signa pour quatre ans et demi avec le Racing Genk. " Ederson était dans notre collimateur depuis longtemps ", expliqua l'entraîneur RonnyVanGeneugden lors de sa présentation. " Avec lui, on aura plus de complémentarité et d'équilibre dans notre entrejeu. On dispose déjà d'un passeur en la personne de DanielTozser, d'un chasseur de ballon en la personne de BalazsToth, et en cas de besoin, on peut toujours faire appel à DavidHubert comme joueur défensif dans l'entrejeu. Avec des ailiers comme SteinHuysegems et TomDeMul, on misera beaucoup sur les débordements et les centres. Pour les exploiter, Ederson nous sera très utile. " Car une autre des qualités d'Ederson réside dans son jeu de tête. " Défensif et offensif ", précise Van Geneugden. " Il défend très bien, parcourt énormément de terrain et conserve très bien le ballon. Un vrai box-to-box. Et quelqu'un qui se comporte toujours de façon positive. " L'actuel entraîneur de Louvain ne pourra travailler que six semaines avec Ederson : en mars 2009, il était limogé. Et Ederson lui-même ne restera qu'un an au stade Fenix : il partira à Charleroi en janvier 2010, trois ans et demi avant l'expiration de son contrat limbourgeois. PAR DANIEL DEVOS -PHOTO: IMAGEGLOBE/LEFOUR Sans lui, l'entrejeu n'aurait pas été stabilisé du tout.