"Exclu : Lynel Darcy Kitambala est notre nouvel attaquant ! Avant son transfert au Sporting Charleroi, il évoluait, au poste d'attaquant au sein de l'effectif de l'AJ Auxerre en prêt de l'AS Saint-Étienne. Souhaitons-lui la bienvenue, et un maximum de succès sous la vareuse zébrée ! "
...

"Exclu : Lynel Darcy Kitambala est notre nouvel attaquant ! Avant son transfert au Sporting Charleroi, il évoluait, au poste d'attaquant au sein de l'effectif de l'AJ Auxerre en prêt de l'AS Saint-Étienne. Souhaitons-lui la bienvenue, et un maximum de succès sous la vareuse zébrée ! " C'est par ces mots sur son compte Facebook que Charleroi annonçait début juillet l'arrivée de son nouveau renfort. Inconnu pour la plupart des fans carolos, le Franco-Congolais ne l'est pas pour les suiveurs de Ligue 1. Transféré à Saint-Etienne pour 2,5 millions d'euros il y a trois ans à peine, l'arrivée de cet attaquant de 25 ans est un gros coup pour la direction hennuyère. Les Zèbres ont l'habitude de miser sur les recalés de Ligue 1 et le nouveau venu n'échappe pas à la règle. Pour Kitambala, c'est au réputé Institut national du football de Clairefontaine, d'où sont notamment sortis Thierry Henry, Nicolas Anelka, Hatem Ben Arfa ou Blaise Matuidi, que l'aventure commence. " Je me suis présenté aux tests comme des centaines d'autres et j'ai fait partie des 24 sélectionnés. J'y ai passé trois ans formidables. C'est grâce à mon passage là-bas que j'ai pu intégrer les sélections nationales de jeunes. Au bout de ma formation, j'avais l'opportunité de rejoindre le Stade Rennais ou l'AJ Auxerre. Je n'ai pas hésité longtemps : Auxerre n'était pas loin de chez moi, en Picardie, et la formation a toujours été réputée à l'AJ. " Kitambala poursuit donc son apprentissage en Bourgogne où Guy Roux vient de tirer sa révérence. Après deux saisons chez les jeunes et une finale de Coupe Gambardella à la clé, il intègre le noyau A en 2008 et grappille quelques montées au jeu. Il est même titularisé à l'une ou l'autre reprise par Jean Fernandez. " C'était difficile pourtant avec lui. Il me faisait peur. J'étais constamment stressé, je n'osais pas sur le terrain alors que pour moi, c'est ça le foot. A la fin de la saison, alors que j'étais en vacances, le club m'a dit que je serais prêté en Ligue 2, à Dijon. Je me suis dit que c'était une belle opportunité ". De fait, le Picard s'épanouit en Côte-d'Or sous les ordres de Patrice Carteron, l'actuel coach du TP Mazembe, et termine la saison en boulet de canon avec 13 buts sur les 19 dernières rencontres. " Je marchais véritablement sur l'eau à cette période et j'ai été sélectionné pour disputer le Tournoi de Toulon (NDLR : avec notament Yohann Thuram et Morgan Schneiderlin). La France a terminé troisième et j'ai été deuxième meilleur buteur du tournoi avec 4 goals. J'ai même mis un ciseau contre la Colombie qui a été élu plus beau but du tournoi. C'est mon meilleur souvenir jusqu'à présent avec mon premier goal en L1 ". De retour à l'Abbé-Deschamps, la situation ne s'améliore pas avec Fernandez qui voit en Kitambala un ailier droit. " Ma meilleure place, c'est en tant que deuxième avant derrière une pointe. C'est là que je peux au mieux exploiter la profondeur. Je peux dépanner sur les flancs ou comme attaquant de pointe mais j'y suis moins bon ". Heureusement pour le Français, ses performances à Toulon n'ont pas échappé à Lorient et les Merlus déposent 1,5 million sur la table pour son transfert. " J'ai marqué dès mon premier match contre Lyon. Je jouais devant avec Kevin Gameiro et notre association fonctionnait bien. J'y ai connu Christian Gourcuff. Ce n'est peut-être pas le plus fort sur le plan humain mais c'est un tacticien hors-pair. C'est le meilleur coach que j'aie connu. " Après de bons débuts, Kitambala est néanmoins relégué sur le banc. " La direction devait vendre Gameiro et le coach a changé son système. Il ne jouait plus qu'avec Gameiro devant et Morgan Amalfitano derrière lui en 10 pour donner des caviars. " Kitambala déménage alors de nouveau et prend la direction de Saint-Etienne qui débourse 2,5 millions d'euros pour s'attacher ses services. " Une nouvelle fois, le coach, Christophe Galtier, jouait en 4-3-3 et m'alignait seul en pointe. J'ai travaillé énormément mais ce n'est pas un dispositif qui me convient. C'est dommage parce que je m'entendais très bien avec Pierre-Emerick Aubameyang sur le terrain comme en-dehors mais on n'a eu l'occasion de jouer ensemble qu'un quart d'heure. Je lui ai donné un assist mais ça n'a pas convaincu l'entraîneur. Il a été honnête avec moi en fin de saison : il ne comptait pas changer de système et il valait mieux que je sois prêté. " Direction l'Allemagne cette fois et le Dynamo Dresde où le joueur découvre la ferveur des supporters teutons. " Je n'étais pas très chaud au départ mais la D2 allemande est quand même un très bon championnat. Là-bas, c'est arbeit, arbeit, arbeit. Quand en France ou en Belgique, on se permet d'être parfois un peu plus cool à l'entraînement, là c'est toujours à fond : sprint, tacle, sprint, tacle. Les supporters sont dingues aussi. On jouait devant 30.000 personnes à domicile et même en déplacement, ils étaient parfois plus de 10.000 à nous suivre. Malheureusement, les résultats n'étaient pas bons et j'ai eu quelques petites blessures. " L'an dernier, Kitambala, toujours sous contrat à Saint-Etienne, est prêté à Auxerre avec une modeste seizième place à la clé et seulement deux petits buts en championnat. Le voilà donc à Charleroi avec une mission revanche à mener à bien. " Je suis le foot et je connaissais le championnat de Belgique. Avec les performances de votre équipe nationale, c'est une compétition qui est très suivie par les scouts étrangers, plus que la Ligue 1 même je pense. C'est donc une chance pour moi de venir ici ". S'il a trouvé le chemin des filets dès la deuxième journée contre Westerlo, les Zèbres sont à la peine en ce début de saison mais ça ne change rien à ses objectifs. " Il faut faire mieux que la saison dernière en termes de classement. On a mal commencé mais on a joué contre le Standard et Anderlecht qui sont deux très belles équipes. Mais rien n'est fait surtout qu'avec les play-offs tu peux viser les préliminaires de l'Europa League même en terminant hors du top 6. Personnellemet, je trouve que c'est un drôle de système. Quand je vois que le Standard n'est pas champion l'année dernière alors qu'il a été devant toute la saison... Si ça m'arrive, je crois que je me pends !" De l'ambition donc pour le nouvel avant carolo qui pourrait toujours faire le bonheur de la sélection congolaise : " Sur internet, on me demande parfois pourquoi je ne joue pas avec les Léopards mais je n'ai tout simplement jamais été contacté. Si ça devait être le cas, j'y réfléchirais. Je joue au foot pour prendre du plaisir mais aussi pour faire le bonheur de ma famille. " PAR JULES MONNIER - PHOTO: BELGAIMAGE