1 Qu'est-ce qui te surprend le plus dans cette campagne de transferts, jusqu'à présent ?
...

1 Qu'est-ce qui te surprend le plus dans cette campagne de transferts, jusqu'à présent ? Le fait que le Club ait engagé deux Belges talentueux, Mats Rits et Siebe Schrijvers. Il a manifestement anticipé l'obligation de reprendre six Belges sur 18, sur la feuille de match. Les bons Belges sont convoités mais ils sont rares. Nous avons dû remanier plusieurs fois notre sélection la saison passée, je le reconnais. Avec succès. Depuis janvier, le nouveau statut de Moses Simon nous a aidés. En plus de Stallone Limbombe, libre, nous pourrons bientôt considérer Renato Neto comme un renfort belge, après une année de revalidation. 2 La D1A compte douze entraîneurs belges sur un total de seize. Georges Leekens et Hein Vanhaezebrouck estiment qu'il faut insister là-dessus et en être fier. Toi aussi ? Oui. On sous-estime les entraîneurs belges. Ils ont énormément de qualités. Francky Dury et Felice Mazzù jouissent de la pleine confiance de Zulte Waregem et de Charleroi depuis plusieurs saisons. Ils ne sont que deux, d'où ma réserve. Tout le monde rêve de pouvoir réaliser quelque chose à long terme. Je me suis qualifié quatre fois avec trois clubs différents pour les PO1. C'est éloquent. Ça veut dire que j'ai fait du bon travail, en développant un football dominant et en produisant du spectacle. Nous avons moins marqué la saison passée mais la défense a été stable et solide. C'est comme ça qu'on intègre le top six. Je m'appuie sur nos atouts, sans jamais m'adapter à l'adversaire. Un entraîneur a le droit de clamer ses mérites. 3 Tu as perdu un solide duo central, Gigot-Mitrovic, et Louwagie a promis à Kalinic de ne pas le retenir s'il obtenait une belle proposition à l'issue de la Coupe du Monde. Tu avais prévu ce type de scénario ? Nous parlons de deux valeurs sûres, mais j'ai pleinement confiance en Dylan Bronn et en la plus-value que va apporter Igor Plastun. Il constituait déjà une option au début de l'année. Il est costaud et bon de la tête, il a de l'expérience sur la scène européenne et peut organiser sa ligne. Sigurd Rosted est devenu international norvégien et continue à progresser. Kalinic a livré de magnifiques play-offs. Son envergure est impressionnante mais il aura sans doute besoin de repos mental. Lovre voulait à tout prix participer à la Coupe du Monde, il s'est concentré sur son objectif et en a été récompensé. Nous comptions leur offrir deux semaines de vacances à l'issue du Mondial mais le championnat reprend vite et il y a aussi l'Europa League. Francky Vandendriessche va en parler avec eux. 4 Ton ami et ex-collègue Olivier Deschacht, qui compte plus de 600 matches à Anderlecht, a appris par téléphone qu'il n'y avait plus sa place, la veille des tests médicaux. En Allemagne et en Angleterre, un monument pareil obtiendrait un poste au sein du club. Ne fait-on plus de sentiment ? Apparemment pas... On ne tient plus compte de ses icônes. Ça a fait mal à Oli, qui a disputé plus de matches pour les Mauves que Paul Van Himst mais il est assez fort pour aller de l'avant. Nous le reverrons sur les terrains. C'est un professionnel accompli, très concentré et avide de revanche. Il méritait une prolongation. Oli mérite toujours sa place dans un club des PO1. 5 Comme Anderlecht avec Gunter Van Handenhoven et Saint-Trond avec Peter Delorge, Gand a choisi un ancien joueur, Gunther Schepens, pour le poste de team manager. Son passé offre-t-il un atout ? Naturellement et même un énorme. Gunther sait ce que pensent les joueurs, ce qu'ils vont faire, puisqu'il a vécu tout ça. Il peut aider les joueurs en proie à des questions pratiques. Il doit être toujours prêt à résoudre des problèmes. Surtout, Gunther doit rester lui-même. C'est un chouette gars, qui n'a pas sa langue en poche. Il donne son avis, y compris sur le plan sportif, ce que j'apprécie. Nous nous complétons bien.