1 Comment est-il possible que le champion d'automne rate tous les prix et ne termine que cinquième ?

Juste après le Nouvel-An, nous avons perdu des points à la fin de matches que nous aurions dû gagner. Contre Mouscron, Waasland-Beveren et Saint-Trond, à Courtrai. Nous avons perdu contact avec les premiers et un peu de notre confiance. Ensuite, nous n'avons plus été assez réguliers pour gagner un prix, même si nous avons lutté pour l'Europe jusqu'à l'avant-dernière journée des PO1, ce qui n'est peut-être pas si mal pour une troisième année en D1.
...

Juste après le Nouvel-An, nous avons perdu des points à la fin de matches que nous aurions dû gagner. Contre Mouscron, Waasland-Beveren et Saint-Trond, à Courtrai. Nous avons perdu contact avec les premiers et un peu de notre confiance. Ensuite, nous n'avons plus été assez réguliers pour gagner un prix, même si nous avons lutté pour l'Europe jusqu'à l'avant-dernière journée des PO1, ce qui n'est peut-être pas si mal pour une troisième année en D1. Pour commencer, notre objectif est de rejouer les PO1. C'est l'ambition du G5, donc nous voulons nous emparer du sixième billet. Quand on est ambitieux, on doit se renforcer. Il faut remplacer les joueurs trop courts par d'autres, qui améliorent l'équipe et accroissent la concurrence. Nous n'avons conservé le nul qu'une seule fois après le Nouvel-An. C'est un point faible qui saute aux yeux. Nous sommes en train de chercher à renforcer l'équipe avec quatre joueurs. Je tiens à remercier Marc pour ses compliments mais sinon, je n'ai pas de commentaire à faire. Tant qu'il n'y a rien de concret. Je suis encore lié deux ans à Ostende. Le président est ambitieux et je pense que nous avons déjà construit beaucoup de choses ensemble cette saison, nous nous faisons confiance et allons de l'avant. Un entraîneur aime évidemment être entouré de gens ambitieux. On ne sait jamais ce qui peut arriver en football mais pour le moment, je me plais bien ici. C'est triste, pour Besnik et tous les entraîneurs qui vivent cette situation car c'est un job qui vous accapare du matin au soir et aucun entraîneur ne joue pour perdre. Mais apparemment, ça fait partie du lot des entraîneurs. Même avec de très bons résultats, j'ai été critiqué à Courtrai parce qu'on ne me gréait pas l'occasion de progresser. Vous allez au Colruyt avec votre fille et on vous traite de sale juif, de gros cou. Un entraîneur est payé pour essuyer des reproches. C'est ce que me répète un copain et il n'a pas tort. Je suis content de recevoir plus de réactions positives que négatives mais parfois, je me demande dans quel monde je vis. Il est devenu trop fanatique. Vivre et laisser vivre, avec des valeurs, bien sûr, serait quand même mieux ? Je retourne une semaine avec Ollie à Marbella, oui, puis je pars quatre jours avec mon amie à Lanzarote. Je ne sais pas si je verrai Herman. Je ne le croise pas chaque fois que j'y suis. Ce n'est en tout cas pas dans cette optique que je vais à Marbella. C'est avant tout pour y faire plus de sport que pendant la saison. Je vais courir tous les jours, jouer au tennis, rouler à vélo et peut-être ramer.PAR CHRISTIAN VANDENABEELE" Un entraîneur est payé pour essuyer les reproches. " YVES VANDERHAEGHE