1 Le propriétaire, Vincent De Gryse, spécule sur la vente plantureuse de ses parts tandis que le président Joseph Allijns convoite le poste de président de l'UB. Comment allez-vous concrétiser le succès de Courtrai ?

Hum. Disons que je ne m'intéresse pas à ces problèmes. J'essaie de gagner chaque match. Ensuite, ce qui doit arriver arrivera. Je fais mon travail, avec énormément de plaisir.
...

Hum. Disons que je ne m'intéresse pas à ces problèmes. J'essaie de gagner chaque match. Ensuite, ce qui doit arriver arrivera. Je fais mon travail, avec énormément de plaisir. Je dispose encore d'un contrat d'un an et ce n'est pas à moi de parler d'une adaptation. C'est le club qui doit décider de ma valeur. Nous n'en avons pas encore discuté mais ça ne fait rien. Je ne m'occupe pas encore de ça. Je n'ai pas non plus reçu d'offre d'un autre club. Je n'ai d'ailleurs même pas de manager. Je me suis débrouillé sans pendant 70 à 80 % de ma carrière de joueur. Je ne suis qu'au début de ma seconde carrière. Quand je serai plus avancé, que j'aurai fait davantage mes preuves, je pourrai éventuellement tenter de progresser en nouant de bons contacts mais chaque chose en son temps. Non, pas vraiment. Mon téléphone sonne plus souvent, je reçois des invitations à gauche et à droite mais pas des femmes. Je suis peut-être trop occupé pour ça. J'ai un bon pressentiment. L'ambiance est bonne, le club mise sur la continuité et peut encore un peu grandir. Mais je connais ses limites. J'espère qu'une série de choses seront possibles. Comme un staff complètement professionnel, avec un entraîneur des gardiens et un préparateur physique à temps plein. Il faudrait aussi acheter un système d'arrosage des terrains. Nous pouvons effectuer un pas en avant en prolongeant les contrats à temps et en ne laissant pas partir trop facilement les joueurs qui intéressent d'autres formations. De ce point de vue, c'est dommage que Thomas Matton rejoigne Gand gratuitement car il émerge vraiment. J'ai prévenu le club il y a trois mois mais sa fragilité et sa condition posaient quelques questions. Je dois l'accepter. Nous cherchons un joueur libre, qui puisse le remplacer. J'ai bon espoir que, la saison prochaine, nous puissions à nouveau aligner une bonne équipe. Après tout, nous devons seulement meubler quatre ou cinq positions alors qu'avant, c'était douze ou treize. Quoi qu'il en soit, j'essayerai toujours de gagner chaque match, comme je l'ai toujours fait et comme je le ferai dans les PO1. Hum... (Il rit.) Je pense que oui mais ça n'entre certainement pas dans les ambitions de Hein. Selon moi, il veut pouvoir décider lui-même. Yves Vanderhaeghe (45 ans) a été entraîneur-adjoint de Courtrai pendant six ans, avant d'en devenir le coach principal cette saison. CHRISTIAN VANDENABEELEYves Vanderhaeghe: " Je reçois plus d'invitations, mais pas de la part de femmes. Je suis peut-être trop occupé pour ça. "