Pour ce soir, les données sont simples: soit l'Union Mons-Hainaut bat Leverkusen et elle se qualifie pour les huitièmes de finale de la Coupe Korac, soit elle s'incline et est éliminée.
...

Pour ce soir, les données sont simples: soit l'Union Mons-Hainaut bat Leverkusen et elle se qualifie pour les huitièmes de finale de la Coupe Korac, soit elle s'incline et est éliminée.Vous voilà au pied du mur...Yves Defraigne: En commençant l'année 2002, nous savions que nous devions encore remporter un succès: soit à Chalon, soit contre Leverkusen. Nous avons galvaudé une chance en nous inclinant en France mercredi passé. Il nous en reste une, à nous de la saisir. Le fait que nous ayons gagné en Allemagne lors du match aller pourrait laisser penser que ce ne sera qu'une formalité. Détrompons-nous: Leverkusen est actuellement en plein boum. La semaine dernière, cette équipe a encore battu Fuenlabrada avec 20 points d'écart. En outre, elle a l'expérience des grands rendez-vous européens, beaucoup plus que Mons. C'est du 50/50?Pour gagner, il faudra à tout prix arrêter le meneur américain Mee, un joueur très intelligent qui marque comme il respire, ainsi que Best, un n°4 qui évolue un peu dans le style de Jim Potter, en plus physique. Leverkusen présente les caractéristiques de la plupart des formations allemandes, avec beaucoup de grands formats. Si nous jouons comme nous l'avons fait à Chalon la semaine dernière, nous devrions pouvoir nous imposer. Nous avons disputé là-bas un match comme on en voit rarement sur les parquets belges. Nous avons dominé dans tous les domaines, sauf au rebond. La victoire était à notre portée, mais il nous a manqué un peu de lucidité à des moments cruciaux.L'absence de Ronny Bayer?Son expérience aurait été précieuse, même si Meindert Verstraete et Tibo T'Joncke ont fait mieux que tirer leur épingle du jeu. Ce soir, nous devrions en principe le récupérer, mais ce n'est pas pour cela que nous serons plus forts. Un autre joueur risque dans ce cas de moins jouer et d'être moins présent. Et puis, les Allemands auront aussi tiré les enseignements du match aller. Notre victoire là-bas avait presque tenu du miracle. C'est d'ailleurs, à ce jour, le seul succès à l'extérieur qui ait été enregistré dans ce groupe de Coupe Korac.Ce serait bête d'être éliminé après un tel exploit.Oui, mais je me méfie de ce genre de scenario. Il y a deux ans, nous étions dans la même situation. Nous comptions trois victoires en cinq matches, avions gagné à Rimini et avions simplement besoin d'une succès face à ces mêmes Italiens à Jemappes pour nous qualifier. Nous avions perdu.