Le geste d'Anderlecht était joli sur le plan financier. Fin janvier, le Sporting avait annoncé que l'avant congolais Silvère Ganvoula (21 ans) avait paraphé un contrat jusqu'en 2021 mais qu'il achèverait la saison à Westerlo, qui luttait pour le maintien. Avec sept buts en vingt matches, Ganvoula avait été crucial. Pour le jeune Africain, c'était un cadeau du ciel : il avait mis un terme à son contrat avec le club turc d'Elzaigspor s...

Le geste d'Anderlecht était joli sur le plan financier. Fin janvier, le Sporting avait annoncé que l'avant congolais Silvère Ganvoula (21 ans) avait paraphé un contrat jusqu'en 2021 mais qu'il achèverait la saison à Westerlo, qui luttait pour le maintien. Avec sept buts en vingt matches, Ganvoula avait été crucial. Pour le jeune Africain, c'était un cadeau du ciel : il avait mis un terme à son contrat avec le club turc d'Elzaigspor suite à des problèmes de paiement et avait dû attendre le feu vert de l'UEFA jusqu'au début du mois d'août. Malines aurait souhaité l'embaucher en juin mais l'entraîneur d'Anderlecht, René Weiler, avait mis à profit la préparation pour juger de ses possibilités comme doublure de Lukasz Teodorczyk. Lors d'un dîner, Herman Van Holsbeeck avait promis au président Johan Timmermans que son club serait le premier à entrer en ligne de compte s'il louait le costaud Congolais. Fin août, les Mauves se sont exécutés, suite à l'arrivée du Slovène Robert Beric. Isaac Kiese Thelin (25 ans) a rejoint Waasland Beveren et Ganvoula a mis le cap sur Malines. Le Congolais était en ballottage avec Jérémy Perbet, superflu au Club Bruges mais Malines préférait un bélier à un pur finisseur, ayant déjà le Danois Nicklas Pedersen. En outre, Ganvoula était susceptible de jouer à la fois avec Hassane Bandé et Stefan Drazic, plus travailleur que le Burkinabé. Yannick Ferrera a titularisé Ganvoula à plusieurs reprises mais celui-ci a toujours été décevant. Il personnifie le manque de punch offensif des Malinois et se distingue surtout par son manque de conviction et de dangerosité dans le camp adverse. Se serait-il reposé sur ses lauriers une fois son contrat à Anderlecht en poche ? Quoi qu'il en soit, son laxisme irrite le club et le noyau. Le nouvel entraîneur, Aleksandar Jankovic, a laissé l'avant-centre sur le banc lors du match capital contre Courtrai. Le Serbe, qui attache énormément d'importance à l'aspect mental, sait ce qui lui reste à faire avec Ganvoula : le tenir de près, le harceler et augmenter son rendement par des séances individuelles. Car les buts et les points sont cruciaux quand on est en bas de classement. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE