04/07/2015 08 : 00

Je m'éveille dans mon appartement de Vilvorde. Je ne prends pas de petit-déjeuner car, dans une heure, j'irai courir. C'est la meilleure façon de brûler les graisses. Je consulte mon smartphone afin de me tenir au courant de ce qu'il se passe dans le monde - la situation politique en Grèce, notamment - et en sport (il rit). Quand on est fou de foot, on ne relâche jamais son attention, hein.
...

Je m'éveille dans mon appartement de Vilvorde. Je ne prends pas de petit-déjeuner car, dans une heure, j'irai courir. C'est la meilleure façon de brûler les graisses. Je consulte mon smartphone afin de me tenir au courant de ce qu'il se passe dans le monde - la situation politique en Grèce, notamment - et en sport (il rit). Quand on est fou de foot, on ne relâche jamais son attention, hein. Près de chez mes parents, à Vilvorde, il y a un joli parc, un bois et une salle de fitness. Tout est donc à portée de main. Je me mets en route pour une heure de jogging. Vu la température tropicale, je cours à du 9 km/h. Une bonne douche réparatrice puis j'ai rendez-vous chez la pédicure qui fait bien son boulot. Mes pieds vont mieux. Les jours de match, je déjeune toujours chez mes parents. Ma mère fait les meilleures pâtes du monde mais j'imagine qu'on dit cela dans toutes les familles. J'ai rendez-vous avec mon adjoint nord-irlandais, Chris O'Loughlin. Ensemble, nous nous penchons sur le briefing qui précède le match amical face à Ujpest. Tous les détails sont passés en revue. Départ pour le club où nous réglons d'abord quelques affaires administratives et fixons quelques rendez-vous en vue de la semaine prochaine. Les joueurs doivent arriver au Stayen pour 16 h 45 car à 17 h, nous mangerons du poulet, des pâtes et des légumes. Je donne la théorie au stade d'entraînement de Saint-Trond. Je présente l'adversaire, je donne les consignes pour les phases arrêtées et j'attire leur attention sur quelques points tactiques. Retour au stade. Le préparateur physique et mes adjoints donnent l'échauffement tandis que je reste au vestiaire à écouter de la musique et à procéder à mes petits rituels. Coup d'envoi. Je suis assez content de la première partie de la première mi-temps, avant la pause-boisson. Entre la 25e et la 45e minute, par contre, nous encaissons deux buts, dont un de Kylian Hazard. Mais après le repos, nous rétablissons l'égalité grâce à des buts de Yannis Mbombo et Jean-Luc Diarra Dompé. Dans l'ensemble, c'est positif mais j'ai l'impression que notre jeune groupe a besoin d'un peu d'expérience pour se maintenir au plus haut niveau. Nous avons aligné deux joueurs en test et je prends le temps de discuter avec leurs agents. Mamadou Bagayoko, un arrière droit, restera une semaine de plus pour tenter de me convaincre. Le Marocain Younes Bellakhdar, par contre, ne m'a pas séduit. Le gardien Yves De Winter, qui était à AZ ces dernières années mais qui a joué à Westerlo avant cela, est chez nous depuis deux semaines et me fait bonne impression. En principe, le club lui fera une proposition concrète au cours des prochains jours. Il est expérimenté et rassure tout le monde. La séance d'information est terminée. Je remonte dans ma voiture et rentre à Vilvorde. Je vais passer une heure au téléphone avec des agents. Heureusement, entre les appels, j'aurai le temps d'écouter un peu de musique. La plupart des agents savent que nous cherchons encore un arrière droit, un arrière gauche et un médian défensif. Nous espérons tous également que notre centre-avant, Hilaire Momi, pourra bientôt rentrer en Belgique. Il est rentré au Cameroun pour y régler quelques affaires mais son visa a expiré et il est bloqué là-bas. C'est regrettable car il convient parfaitement à mon système de jeu et, quand il reviendra, il ne sera sans doute pas prêt physiquement. Nous mettons tout en oeuvre pour débloquer la situation. Arrivé à la maison, je me sens fatigué. Le dimanche, je dois me remettre au boulot dès 8 heures. Par contre, j'ai donné congé à tout le monde le lundi, histoire que chacun puisse récupérer car jusqu'ici, la période de préparation a été chargée. PAR FRÉDÉRIC VANHEULE