Si Yanina Wickmayer porte ce prénom peu usité, c'est tout simplement parce que son papa, Marc Wickmayer, est un fan de football et en particulier de Diego Maradona. Le rapport ? Simple : à la naissance de sa fille, le 20 octobre 1989, Marc lui a tout bonnement donné le même prénom que celui de la gamine de son footballeur préféré. Cela étant, ce n'est pas ve...

Si Yanina Wickmayer porte ce prénom peu usité, c'est tout simplement parce que son papa, Marc Wickmayer, est un fan de football et en particulier de Diego Maradona. Le rapport ? Simple : à la naissance de sa fille, le 20 octobre 1989, Marc lui a tout bonnement donné le même prénom que celui de la gamine de son footballeur préféré. Cela étant, ce n'est pas vers le football que Yanina s'est dirigée mais bien vers le taekwondo. Elle le quittera petit à petit pour le tennis, sport qui deviendra son unique obsession à 9 ans, lorsqu'elle perdra sa maman à cause d'un cancer. Meurtris par ce drame, Marc et Yanina décident de s'installer aux Etats-Unis et plus précisément à l'académie de Saddlebrook où elle côtoiera, de loin, des joueuses comme la Suissesse Martina Hingis, l'Américaine Jennifer Capriati (USA) ou l'Australienne Jelena Dokic. Après deux années, et plusieurs approches - infructueuses - de Nick Bollettieri, le duo Wickmayer aussi solide et uni que celui qui unit Lei et Kim Clijsters, revient au pays. Yanina est alors prise en charge par la ligue flamande, où elle sera choyée par Ivo Van Aken, ancien directeur technique de Sabine Appelmans, Laurence Courtois ou Nancy Feber. Elle n'y restera que deux saisons, tentant ensuite sa chance auprès de différents coaches privés. On peut écrire que Yanina a un trait commun avec Xavier Malisse en ce sens que, comme lui, elle est passée par les Etats-Unis, et que, comme lui, elle use (et abuse ?) des coaches. Avant Carlos Rodriguez et Glen Schaap, elle avait aussi testé ceux du BATD. Reste que cette apparente instabilité ne l'a pas empêchée de progresser rapidement. Elle n'était classée que 534e mondiale fin 2006 et a terminé la saison 2008 à la 68e position au classement de la WTA. Ses principaux faits d'armes ont certes été obtenus dans des tournois de dotations moyennes mais on a pu se rendre compte lors de la Fed Cup Belgique-Ukraine qu'elle était capable de grandes choses. Elle avait battu les s£urs Alona et Kateryna Bondarenko, classées respectivement 22e et 43e joueuses de la planète.