Les joueurs de football devront-ils bientôt évoluer avec des boules Quies? Après le nouvel incident qui opposa Wesley Sonck au public du GBA, on peut se le demander. D'autant que, manifestement, les arbitres ne sont pas encore prêts à protéger les joueurs contre les insultes, comme le règlement le leur permet pourtant.
...

Les joueurs de football devront-ils bientôt évoluer avec des boules Quies? Après le nouvel incident qui opposa Wesley Sonck au public du GBA, on peut se le demander. D'autant que, manifestement, les arbitres ne sont pas encore prêts à protéger les joueurs contre les insultes, comme le règlement le leur permet pourtant. Comme tant d'autres avant lui, Sonck s'est fait traiter de fils de p... Cela s'entendait clairement dans les résumés télévisés et les images montrant le joueur en train de demander à l'arbitre d'intervenir étaient plus parlantes que n'importe quel commentaire. Mais Vervecken fit la sourde oreille. Pire, il n'hésita pas à punir Sonck lorsque celui-ci eut un geste de mauvaise humeur envers le public. Et comme si cela ne suffisait pas, l'attaquant fut remplacé par son entraîneur, qui voulait sans doute le protéger. Bref, une fois de plus, les tricheurs l'ont emporté. " Vergoossen a beau dire que je ne dois pas me laisser provoquer: il sait qu'en Hollande, quand un joueur est insulté, on arrête le match. Je peux supporter certaines choses mais il y a des limites. Et ce n'est pas parce que je ne parle plus à ma mère qu'on peut dire n'importe quoi sur elle. J'ai demandé plusieurs fois à l'arbitre d'arrêter le match, comme Marcel Javaux l'avait fait. Lui, il avait eu du courage". Poussé par la colère, Sonck a également déclaré à la télévision qu'il n'était plus possible de jouer en Belgique. "Je sais qu'on joue dur aussi à l'étranger. Mais cela reste correct, les clubs ne pensent pas uniquement à défendre, à démolir. Après, on se plaint qu'il n'y a pas de spectacle chez nous".Pour Paul Verbrugghe, de Het Laatste Nieuws, Sonck exagère en disant cela. Par contre, le chroniqueur admet que l'attitude de l'arbitre est inacceptable. Mais celui-ci n'a-t-il pas fait qu'appliquer le consignes de l'Union Belge? "J'ai entendu que le public criait mais je n'ai pas compris ce qu'il disait", affirme Vervecken. "Je dois avant tout me concentrer sur ce qui se passe sur le terrain. Je ne pouvais donc pas accéder à la demande de Sonck. L'Union Belge nous a demandé d'être très prudents en matière d'arrêts de match. Il faut être sûr de soi à 100 %. Par contre, j'ai bien vu que Sonck avait provoqué le public. C'est pourquoi je lui ai adressé un carton jaune".Vervecken a également vu que Kpaka crachait sur Zokora mais n'avait pas vu le premier crachat de l'Ivoirien, qui a reçu une amende de son coach. Pas de doute: l'arbitre doit au plus vite consulter un ORL et un ophtalmologue.