Un entraîneur comme principal adversaire. En 2009, c'est ainsi, d'une main de fer, que Felix Magath a conduit le club de VW au titre, avec l'aide du trio offensif Misimovic- Dzeko- Grafite. Le médian défensif Yannick Gerhardt (24 ans) ressent la même chose à propos de Bruno Labbadia après un six sur six inespéré (2-1 contre Schalke, 1-3 à Leverkusen) pour l'employeur du Diable Rouge Koen Casteels.

" La préparation a été particulièrement éprouvante. L'entraîneur a été très sévère mais ça n'a fait qu'accroître la cohésion du groupe ", affirme l'ancien joueur du FC Cologne. " Par moments, c'est comme s'il voulait être l'ennemi du noyau. "

Le contraste avec le 17 mai est saisissant : le VfL Wolfsburg était alors dos au mur. Il risquait d'être relégué et devait disputer des barrages contre Holstein Kiel pour se maintenir. Il a battu le troisième de D2 3-1 et 0-1, ce qui lui a fait espérer des temps meilleurs. Car en 2017 déjà, il avait tremblé pour son avenir, face à l'Eintracht Braunschweig.

Les Loups n'avaient plus gagné leurs deux premiers matches depuis la saison 2009-2010, sous la direction d' Armin Veh. " Nous avons un plan, que nous exécutons à la lettre, ce qui laisse augurer du meilleur ", affirme le médian Maximilian Arnold (24 ans).

L'ancien gardien de but Jörg Schmadtke, le patron sportif du club depuis le 1er juin, a travaillé avec succès à Hanovre 96 et à Cologne. Il se joint au directeur général Marcel Schäfer pour mettre tout le monde en garde contre toute euphorie. C'est que samedi, le VfL affronte le Hertha Berlin, qui a également pris le maximum des points après deux journées. Ensuite, il reçoit le SC Fribourg.

" Nous devons être réalistes. Le calme est revenu et ça nous insuffle confiance. La mentalité est bonne, les joueurs forment un bloc et prennent plaisir à jouer. Je ne décèle aucun danger, pour autant que personne ne plane. "

Un entraîneur comme principal adversaire. En 2009, c'est ainsi, d'une main de fer, que Felix Magath a conduit le club de VW au titre, avec l'aide du trio offensif Misimovic- Dzeko- Grafite. Le médian défensif Yannick Gerhardt (24 ans) ressent la même chose à propos de Bruno Labbadia après un six sur six inespéré (2-1 contre Schalke, 1-3 à Leverkusen) pour l'employeur du Diable Rouge Koen Casteels. " La préparation a été particulièrement éprouvante. L'entraîneur a été très sévère mais ça n'a fait qu'accroître la cohésion du groupe ", affirme l'ancien joueur du FC Cologne. " Par moments, c'est comme s'il voulait être l'ennemi du noyau. " Le contraste avec le 17 mai est saisissant : le VfL Wolfsburg était alors dos au mur. Il risquait d'être relégué et devait disputer des barrages contre Holstein Kiel pour se maintenir. Il a battu le troisième de D2 3-1 et 0-1, ce qui lui a fait espérer des temps meilleurs. Car en 2017 déjà, il avait tremblé pour son avenir, face à l'Eintracht Braunschweig. Les Loups n'avaient plus gagné leurs deux premiers matches depuis la saison 2009-2010, sous la direction d' Armin Veh. " Nous avons un plan, que nous exécutons à la lettre, ce qui laisse augurer du meilleur ", affirme le médian Maximilian Arnold (24 ans). L'ancien gardien de but Jörg Schmadtke, le patron sportif du club depuis le 1er juin, a travaillé avec succès à Hanovre 96 et à Cologne. Il se joint au directeur général Marcel Schäfer pour mettre tout le monde en garde contre toute euphorie. C'est que samedi, le VfL affronte le Hertha Berlin, qui a également pris le maximum des points après deux journées. Ensuite, il reçoit le SC Fribourg. " Nous devons être réalistes. Le calme est revenu et ça nous insuffle confiance. La mentalité est bonne, les joueurs forment un bloc et prennent plaisir à jouer. Je ne décèle aucun danger, pour autant que personne ne plane. "