william vainqueur Le physique

Avec 1m79 et 73 kilos, William Vainqueur est un joueur constamment en mouvement. Pour être performant, il a besoin de se montrer très actif sur un terrain et son excellente endurance lui offre cette possibilité. Il possède une bonne vitesse de démarrage mais il manque quelque peu de puissance sur les longues courses. Il est très agressif dans les duels et sa maîtrise du tackle glissé lui permet de récupérer un paquet de ballons au sol. Son jeu de tête, surtout défensif, est correct pour un joueur de sa taille grâce à une très bonne détente.
...

Avec 1m79 et 73 kilos, William Vainqueur est un joueur constamment en mouvement. Pour être performant, il a besoin de se montrer très actif sur un terrain et son excellente endurance lui offre cette possibilité. Il possède une bonne vitesse de démarrage mais il manque quelque peu de puissance sur les longues courses. Il est très agressif dans les duels et sa maîtrise du tackle glissé lui permet de récupérer un paquet de ballons au sol. Son jeu de tête, surtout défensif, est correct pour un joueur de sa taille grâce à une très bonne détente. Pour un demi défensif, le Français possède une technique intéressante qu'il utilise pour se sortir des situations périlleuses dans des espaces réduits. Ses dribbles sont réalisés vers l'avant et, quand il a le jeu derrière lui, il préfère évoluer vers l'arrière en première intention plutôt que de risquer de subir un pressing de l'adversaire le plus proche. Ses contrôles sont effectués proprement. Après la première touche de balle, ses enchaînements démontrent une excellente vision du jeu mais il essaie dans la mesure du possible de jouer en une touche. C'est typiquement un adepte du jeu à la nantaise : il recherche les combinaisons courtes, domaine où la précision de ses passes et sa lecture du jeu le rendent performant. Il est préférable de lui adjoindre un joueur (Jelle Van Damme ou Yoni Buyens) pour compenser cette tendance à vouloir aller constamment au pressing assez loin dans le camp adverse. De plus, quand il est battu, il tergiverse souvent quelques secondes avant de se reconvertir. D'où, parfois, un certain déséquilibre. Le Standardman ne fait certainement pas partie des plus grands frappeurs de notre championnat. Son jeu long présente plus de déchets que ses combinaisons courtes. Ses transmissions de l'intérieur du pied sont bien appuyées mais quand il doit réaliser une transversale, la pureté de sa frappe est insuffisante pour surprendre le ou les joueurs de flanc adverses. Son pied gauche est évidemment inférieur au droit mais il est capable de s'en servir pour réaliser une passe propre dans les pieds. C'est un joueur qui, par son activité débordante, bonifie ses partenaires. Son impact sur le jeu est important même s'il parvient rarement à faire la différence individuellement. Sa présence en finition est assez limitée. Pour preuve : il a inscrit deux buts en pros en plus de 100 matches, ce qui est très peu pour un milieu de terrain. Le déchet, notamment dans le jeu long, est largement compensé par ce rôle de ratisseur, qui le voit récupérer le cuir aux 4 coins du terrain.Avec un mètre 86 pour 80 kilos, Bernd Thijs présente un solide gabarit pour évoluer comme demi récupérateur. Son manque de vitesse de démarrage est certainement l'un de ses défauts majeurs, toutefois compensé par une intelligence et un sens du placement particulièrement aiguisés. Son endurance est de bon niveau et à 33 ans bien sonnés, il reste un joueur très actif 90 minutes durant. En duel, il émerge davantage grâce à son excellente lecture de la situation qu'à une agressivité débordante. Le Gantois ne fait certainement pas partie des plus grands techniciens de la planète foot. Il compense cette carence par une recherche d'efficacité de tous les instants. Ses contrôles et ses amorties sont bien maîtrisés mais il évite de tenter des gestes spectaculaires, certainement dans des zones à risques. Dans les espaces réduits, il parvient à s'en sortir grâce à une excellente protection de balle et une facilité dans le contrôle orienté. Dans le passing, il se débrouille très bien des deux pieds. Il se comporte comme un leader au sein de son équipe. Il est toujours disponible dans la construction, que le ballon se trouve dans l'axe ou sur un flanc. Il développe particulièrement l'art de se libérer dans les 30 derniers mètres pour armer sa frappe. En perte de balle, il se comporte comme un libero de l'entrejeu : il est tout le temps en couverture latérale par rapport au ballon. Cela lui permet de couper les trajectoires pour ramener le cuir dans l'équipe. Il possède une des frappes les plus pures de notre compétition. Si le droit est sa meilleure arme avec laquelle il délivre de longues passes précises, il n'est pas en reste avec son pied gauche non plus. Il se montre très dangereux à distance, que ce soit en mouvement ou sur phases arrêtées (il contourne le mur avec une facilité déconcertante). Il ne faut non plus pas laisser traîner un ballon dans les 16 mètres car la sanction est immédiate. Il est aussi un redoutable tireur de penalty. Grâce à son énorme expérience, il a compris, que dans son rôle, il est primordial de se montrer efficace avant tout et que la moindre perte de balle stupide se révèle suicidaire. Il évite tout geste spectaculaire ou risqué dans sa propre moitié de terrain. Par contre, quand il peut mettre le nez à la fenêtre afin de se montrer en zone de conclusion, il n'hésite pas un seul instant. Cela fait de lui un des milieux de terrain les plus dangereux de notre championnat. NÉ EN 1963, ÉTIENNE DELANGRE JOUA COMME DÉFENSEUR AU STANDARD DE 1981 À 1992 (267M EN D1 ET 6B, CHAMPION EN 82 ET 83). EX-CHARGÉ DE COURS À L'ÉCOLE DU HEYSEL, IL COACHA DE LA P1 À LA D1 (CHARLEROI). PAR ÉTIENNE DELANGRE