Le jour où Willem II a annoncé qu'il ne prolongeait pas le contrat de son entraîneur, Mark Wotte, le directeur sportif, Barry Hulshoff, n'a pas voulu réagir. Significatif.
...

Le jour où Willem II a annoncé qu'il ne prolongeait pas le contrat de son entraîneur, Mark Wotte, le directeur sportif, Barry Hulshoff, n'a pas voulu réagir. Significatif. L'affaire prend ses racines dans la préparation, fin juin. A ce moment, Hulshoff accorde une interview à VI. Il y déclare que Wotte n'a pas à remettre en cause la culture du club mais à s'y conformer : après tout, il a signé en connaissance de cause. Quand on lui demande s'il est content de l'entraîneur, le directeur rétorque qu'il n'a pas atteint l'objectif fixé, soit une place parmi les huit premiers, la saison précédente. L'un dans l'autre, Hulshoff fait comprendre que Wotte effectue sa dernière saison à Tilburg. La querelle est lancée. Wotte se défend : " Les évaluations n'ont pas à quitter le cadre du vestiaire ", " Je défends le projet de la direction " ou encore " J'ai joué 32 des 34 matches avec des ailiers ". Vis-à-vis des observateurs, on feint la réconciliation mais la rancune couve toujours. En octobre, Hulfshoff ravive la flamme dans De Telegraaf. Il annonce que le contrat de Wotte, qui prend bientôt fin, ne sera pas renouvelé. Willem II réagit, se fendant d'un communiqué selon lequel les propos de Hulshoff n'engageraient que lui-même. Le club poursuit : " Sa conclusion est erronée. La direction discutera avec l'entraîneur pendant la trêve, conformément à ce qui a été convenu en début de saison ". La semaine dernière, Hulshoff a remporté la lutte interne qui l'opposait à l'entraîneur. Au terme de cette saison, c'est décidé, Mark Wotte et son adjoint, André Wetzel, pourront plier bagages. Wotte a réagi avec stupeur : " C'est incroyable. Manifestement, le président ne juge pas bon de respecter ses engagements ". C'est la direction qui a pris la décision. YOUSSEF MARIANA quittera Willem II au terme de cette saison, librement. Il n'a pas accepté l'offre, revue à la baisse, du club. LENEC a écopé d'une amende de 15.000 euros de l'UEFA pour le comportement de ses joueurs contre Wisla Cracovie. LENAC doit verser 5.000 euros à l'UEFA, à cause du grabuge dans les tribunes et du feu d'artifice lancé contre Newcastle. LEFC UTRECHT est soumis à une amende de 3.200 euros à cause d'un pétard allumé en dehors du stade lors de son duel contre le MSK Zilina, disputé devant des tribunes vides. Le club cherche à savoir s'il peut faire payer l'amende au responsable. BUTEURS : 1. Kezman (PSV) 9 buts ; 2. Alkhattabi (AZ) 7 ; 3. Ibrahimovic (Ajax), John (Twente), Redan (RKC) 6.(F. Vanheule)