1 De quel Soulier d'Or conservez-vous le meilleur souvenir et quelle fête a été la plus impressionnante ?

Le premier est toujours le plus beau, d'autant que je ne m'y attendais absolument pas. Faire la fête ? Que non. J'ai appris la nouvelle à la radio. Deux mois plus tard, j'ai reçu le soulier avant un match à domicile de l'Antwerp. Il n'était pas encore prêt et j'ai donc reçu le soulier de Paul Van Himst, qui l'avait gagné un an plus tôt, pour la photo. Mais Paul chaussait du 44 et moi du 40. Après le match, on m'a repris la chaussure. J'ai reçu la mienne plus tard. J'ai pris connaissance de ma deuxième élection de la même façon, en me rendant à l'entraînement du Standard, aux infos de 13 heures. Le troisième a été mieux...

Le premier est toujours le plus beau, d'autant que je ne m'y attendais absolument pas. Faire la fête ? Que non. J'ai appris la nouvelle à la radio. Deux mois plus tard, j'ai reçu le soulier avant un match à domicile de l'Antwerp. Il n'était pas encore prêt et j'ai donc reçu le soulier de Paul Van Himst, qui l'avait gagné un an plus tôt, pour la photo. Mais Paul chaussait du 44 et moi du 40. Après le match, on m'a repris la chaussure. J'ai reçu la mienne plus tard. J'ai pris connaissance de ma deuxième élection de la même façon, en me rendant à l'entraînement du Standard, aux infos de 13 heures. Le troisième a été mieux : il m'a été décerné dans un restaurant chic, La Maison du Cygne, sur la Grand-Place de Bruxelles. Pas du tout. J'ai justement vécu de belles saisons après ces souliers. Ces dernières années, de fait, les lauréats ont été poursuivis par la poisse ou ont connu une saison difficile, pas parce qu'ils n'avaient pas le niveau requis pour enlever ce trophée car je trouve qu'on a désigné les bons lauréats. On ne gagne pas le Soulier d'Or par hasard ni grâce à quelques relations bien placées. Ceci dit, le trophée augmente la pression. Adversaires et supporters portent un regard différent sur vous. Vous devez être encore meilleur. Il a plus ou moins le même style que moi mais il est plus offensif que défensif. Je combinais les deux, j'étais un box-to-box avant la lettre. Ce soir, il aura bien mérité le Soulier d'Or. Je ne vois pas qui d'autre pourrait le gagner. Le Standard, le Club et Anderlecht n'ont pas de candidat à la victoire. Il a l'avantage de travailler sous les ordres d'un bon entraîneur et au sein d'une bonne équipe. On ne gagne pas le Soulier d'Or tout seul. Je serais surpris si Gand ne remplissait pas tout le podium. Hein a des méthodes spéciales. Me serais-je épanoui sous sa direction ? Disons que nous nous serions souvent disputés. Après Genk-Gand, quand il a démoli son arrière-droit face à la caméra, je me suis demandé si c'était bien convenable. La question que je me pose, c'est si ça marchera le jour où il entraînera un club belge de tradition ou une formation étrangère ? Il réussira toujours à Gand, dont les joueurs l'admirent. Mais ce sera plus difficile face à des égos surdimensionnés car il a lui aussi un fameux égo. Le Standard a besoin de quelques années pour se reconstruire. Il a affiché une bonne mentalité contre Anderlecht mais quelques semaines plus tard, contre une formation plus modeste, il n'y est pas parvenu. Le Club et Anderlecht sont confrontés au même problème. Seul Gand est prêt à chaque match. Quant à Knockaert : il pouvait parfois faire basculer un match et les supporters l'aimaient bien mais quand il était dans un mauvais jour, il devenait un égoïste qui râlait sur tout le monde. Ce n'est certainement pas le genre qu'on peut garder contre son gré à Liège. Edmilson a des atouts : il est rapide, travailleur et possède un bon bagage technique. S'il reste les pieds sur terre, il peut devenir un très bon joueur. PAR GEERT FOUTRÉ" J'ai appris ma désignation comme Soulier d'Or à la radio, en allant à l'entraînement. " WILFRIED VAN MOER