Puis-je être franc ? Après 50 minutes du match Lierse-Waasland-Beveren, j'ai failli m'assoupir devant ma télévision.

Wesley Sonck : C'est possible. J'ai résumé le match ainsi : il faisait froid, les deux équipes étaient mauvaises et le terrain aussi. J'ai été surpris que 4.000 personnes aient effectué le déplacement. J'ai également été médiocre, je suis le premier à le reconnaître, mais tout le monde a dit la même chose dans le vestiaire. C'est notre plus mauvais match sous la direction du nouvel entraîneur. Le point est le seul aspect positif.
...

Wesley Sonck : C'est possible. J'ai résumé le match ainsi : il faisait froid, les deux équipes étaient mauvaises et le terrain aussi. J'ai été surpris que 4.000 personnes aient effectué le déplacement. J'ai également été médiocre, je suis le premier à le reconnaître, mais tout le monde a dit la même chose dans le vestiaire. C'est notre plus mauvais match sous la direction du nouvel entraîneur. Le point est le seul aspect positif. J'y ai réfléchi après le match car j'appréhende de plus en plus les choses comme un entraîneur : pourquoi ceci est-il arrivé, que faire dans telle situation ? Que faire pendant un stage hivernal ? Nous sommes allés en Turquie et nous avons eu une douzaine de séances en l'espace de cinq ou six jours. On va dans le rouge. Je me demande si c'est bon et je vais en parler avec l'entraîneur. On dit qu'on pose ainsi les bases des prochains mois mais quelles bases peut-on poser en l'espace d'une semaine ? Lokeren est également parti mais a réussi son départ. Courtrai est resté sur ses terres et a été brillant. Quelle est la meilleure recette ? Est-ce lié au climat ? Avant le match contre le Lierse, qui s'est métamorphosé en peu de temps, nous nous sommes entraînés sur une pelouse synthétique en parfait état. C'est génial, stable. Puis nous avons joué sur un vrai gazon, mou et tout sauf plat. La transition était-elle trop considérable ? À Mönchengladbach, je m'entraînais sur un terrain en gazon mais chauffé. Vermaelen m'a raconté qu'Arsenal possède deux ou trois terrains chauffés rien que pour l'entraînement. Cela me paraît idéal mais c'est peut-être trop demander en Belgique. Je n'en sais rien mais je veux approfondir le sujet. Durant ma première saison au Lierse, nous nous sommes maintenus avec 23 points. Nous avons déjà atteint ce cap, à sept matches de la fin. Nous allons encore affronter trois équipes du top six : Anderlecht, Zulte Waregem et Lokeren, mais Louvain, Mons, Charleroi et le Beerschot sont à notre portée. Enfin, il ne faut pas trop calculer car tout est possible en football. Nos jeunes n'ont pas de gros problèmes d'intégration. Ils sont issus de notre championnat, ils connaissent nos adversaires... Il ne nous manque qu'un peu d'expérience. Je dois aussi en parler à l'entraîneur : pourquoi n'avons-nous pas disputé de match pendant le stage ? Je pense qu'il y en avait un au programme du mardi mais qu'il a été annulé à cause du temps. Nous avons donc joué tous ensemble pour la première fois contre le Lierse et nous ne nous sommes pas toujours trouvés. L'Ajax s'entraînait dur le jour d'un match amical mais le niveau était si élevé que ça n'avait pas d'importance. Je pense que si j'étais entraîneur, je ne tiendrais pas compte du résultat d'un tel match. Il s'agit de tester certaines choses, de placer des accents. Je me souviens d'une préparation sous les ordres de Jacky Mathijssen. Nous n'avons pas eu un seul bon résultat mais une fois le championnat commencé, nous avons signé une belle série. L'inverse m'est arrivé à Mönchengladbach. Nous avons tout gagné puis nous avons essuyé trois revers en début de championnat. J'y réfléchis mais jouer est encore trop amusant pour arrêter. J'ai eu un jour sans au Lierse mais c'est le cas de toute l'équipe. Mon contrat prend fin en juin. Nous avons un chouette groupe, vraiment super. Nous devons nous concentrer sur notre maintien puis voir quels sont les projets du club.?PETER T'KINT