L'Antwerp digère mal sa chute en D2. Outre la plainte intentée contre Charleroi et St-Trond pour corruption, le plus vieux club de Belgique a pris des mesures internes parce qu'il ne parvient pas à jouer le titre cette saison.
...

L'Antwerp digère mal sa chute en D2. Outre la plainte intentée contre Charleroi et St-Trond pour corruption, le plus vieux club de Belgique a pris des mesures internes parce qu'il ne parvient pas à jouer le titre cette saison. Eddy Wauters a limogé JerkoTipuric, engagé en début de championnat pour succéder à Marc Grosjean. L'Antwerp consomme ainsi son dixième entraîneur en 11 saisons : avant Tipuric, Urbain Hasaert, Laszlo Fazekas, George Kessler, Regi Van Acker, WimDe Coninck, Henk Houwaert, René Desaeyere, Doy Perazic, Marc Grosjean avaient tous reçu leur C4 des mains du président. Sans parler du fait que Ratko Svilar a joué plusieurs fois les pompiers de service. Dans ce contexte, Regi Van Acker aura réussi l'exploit de tenir trois saisons entières. Doy Perazic, lui, n'aura résisté que trois mois. Dans Het Laatste Nieuws, Wauters rejette la faute sur les entraîneurs eux-mêmes. " Pensez-vous que je prenne plaisir à les licencier ?", demande-t-il avant de déclarer que les coaches ne connaissent plus l'ABC de leur métier et qu'ils sont fainéants. " Certains sont très pressés de quitter le stade après l'entraînement. Tipuric était parti à midi trente. Cela faisait longtemps que nous n'étions pas contents de lui : les joueurs travaillaient trop peu et les entraînements n'étaient pas suffisamment variés. On ne savait pas discuter avec lui et ses choix étaient bizarres : il lui arrivait de sélectionner des joueurs qui n'avaient pas joué depuis des mois ". Ce que Wauters ne dit pas, c'est que Tipuric entraînait pour un salaire dérisoire. Et qu'il savait que le Croate, qui essaye d'être en phase avec les éléments naturels, a toujours prôné des entraînements plus légers en hiver. Il l'a donc engagé en connaissance de cause. Ou alors, c'est lui qui n'a pas été suffisamment professionnel pour se renseigner. Des éléments dont il faut tenir compte avant de déclarer, comme il le fait, que " les entraîneurs ne sont même plus honteux d'être limogés, qu'ils prennent cela comme des vacances ". Car ce genre de déclaration peut nuire à la carrière des entraîneurs. Qu'ils ne s'étonnent dès lors pas que " ceux que j'ai limogés comme De Coninck, Desayere et Perazic ne retrouvent pas de boulot dans un milieu déjà bouché ". (P. Sintzen)P.Sintzen