Le nouveau Joseph Efford

S'il y a une chose qu'on ne peut reprocher au nouvel avant américain de Waasland-Beveren, c'est un manque d'esprit aventurier. Joseph Efford a grandi à Dacula, en Géorgie, dans la banlieue d'Atlanta. C'est là que Joseph a été scolarisé, qu'il a appris à jouer au football, dans les équipes de la Dacula High School, encouragé par son oncle et son cousin.
...

S'il y a une chose qu'on ne peut reprocher au nouvel avant américain de Waasland-Beveren, c'est un manque d'esprit aventurier. Joseph Efford a grandi à Dacula, en Géorgie, dans la banlieue d'Atlanta. C'est là que Joseph a été scolarisé, qu'il a appris à jouer au football, dans les équipes de la Dacula High School, encouragé par son oncle et son cousin. À douze ans, il est devenu ambitieux tout en réalisant que pour passer pro, il devait émigrer en Europe. Il a pris cette difficile décision en concertation avec sa famille. Son agent lui a conseillé une première destination : l'attaquant de 18 ans a passé un test à Botosani, en Roumanie. Il a participé à la préparation de la saison durant l'été 2014, sans toutefois trouver d'accord. Un autre test à Majorque lui a valu un contrat, mais l'administration n'a pas suivi et pendant sept mois, il s'est entraîné sans pouvoir jouer. Il n'a pas émergé : il n'a disputé qu'un match. À l'été 2017, il a donc retrouvé sa liberté. Efford est parti en Irlande, mais a loupé son test. Il a rejoint la Crète et Ergotelis, l'équipe d'Heraklion. Un paradis : le club lui a offert un contrat et la vie y a été bucolique, en bord de mer, avec un bon terrain et de délicieux restaurants. Après trois années en Europe, la carrière du joueur démarrait enfin. Il a dû assimiler le rythme, la technicité, les obligations tactiques... Il a marqué sept buts en championnat (en D2), un en Coupe. En-dehors du terrain, il a pu compter sur Dimitrios James Stamopoulos, né au Canada de parents grecs et parfaitement bilingue anglais-grec, ce qui a facilité son intégration. Efford a continué sur sa lancée la saison suivante. L'équipe a raté de peu la montée et a atteint les quarts de finale en coupe. Efford a inscrit treize buts. Les scouts de Waasland-Beveren l'ont remarqué, sans que son transfert aboutisse lors de l'été 2019. Cette fois, c'est fait, après onze buts en 19 matches, la Superleague 2 ayant été arrêtée à cause de la pandémie.Waasland-Beveren s'est mis en tête de révéler de jeunes talents. Alors, il faut faire des paris. Il y a par exemple Brendan Schoonbaert, un défenseur de vingt ans qui peut jouer dans l'axe ou à droite. Il a été recruté sur base de ce qu'il a montré avec le Club Bruges, notamment en Youth League. Pas sur base de ce qu'il n'a pas montré lors de son prêt à Lommel ou de sa saison rabotée par le corona avec Deinze. Tom Reyners (vingt ans) est un autre pari sur l'avenir. C'est un ailier offensif originaire de Bree, qui a passé sept ans au centre de formation de Genk. Deux fois, il a pu participer au stage hivernal avec le noyau A et on lui prédisait un bel avenir. Jusqu'à ce jour d'avril 2019, quand il s'est déchiré les ligaments croisés. Comme il arrivait en fin de contrat, Genk l'a laissé partir. Waasland-Beveren lui offre une nouvelle chance. Il peut y arriver s'il retrouve son niveau d'autrefois, tout en combinant avec des études supérieures en marketing et management sportif. Il doit maintenant s'habituer à un autre environnement de travail, tout en bossant pour obtenir son diplôme dans quelques mois. Voilà un jeune qui ne va pas s'ennuyer.