Un suspense insoutenable

Fallait-il bâtir une équipe pour la D1A ou la D1B ? Pendant des semaines, personne n'avait la réponse, pas même les gens de Waasland-Beveren. Comme tout le monde, le nouveau coach, Nicky Hayen, était pendu aux décisions quant au futur du club.
...

Fallait-il bâtir une équipe pour la D1A ou la D1B ? Pendant des semaines, personne n'avait la réponse, pas même les gens de Waasland-Beveren. Comme tout le monde, le nouveau coach, Nicky Hayen, était pendu aux décisions quant au futur du club. En tout cas, l'exploit de l'été a été signé par Waasland-Beveren. On parle d'exploit sportif et médiatique. Vous en connaissez, des autres équipes belges qui ont pu se produire à Paris face à Neymar et Kylian Mbappé ? Et dans le vestiaire waeslandien, la hiérarchie est respectée. Ainsi, c'est le capitaine Maximiliano Caufriez qui est reparti avec le maillot du Brésilien. Une maigre consolation au milieu d'un été très chahuté. Le plus étonnant, c'est que le noyau de la saison dernière n'a pas trop été chamboulé. À cause du coronavirus, mais aussi à cause de l'incertitude sur le sort du club. Et puis, il n'y avait pas énormément de débouchés pour les joueurs de la moins bonne équipe des 29 premières journées de la phase classique. Il y a quand même eu des départs, des joueurs qui étaient en prêt ou qui étaient arrivés en fin de contrat et n'ont pas pu prolonger : le Finlandais Valteri Moren, Tuur Dierckx qui a été poursuivi par les blessures, Beni Badibanga qui va maintenant essayer, avec Mouscron, de coupler son talent et un certain rendement. Les autres ont attendu de savoir dans quelle série le club allait évoluer. Comme Caufriez, autrefois lancé par Philippe Clement, qui est aujourd'hui censé tirer l'équipe. Étant donné que, la saison dernière, Aleksandar Vukotic a montré certaines ambitions, la direction a anticipé en faisant venir Dries Wuytens et Brendan Schoonbaert. Le dernier nommé, formé à Bruges, peut jouer dans l'axe défensif mais aussi sur le flanc droit. Il a le profil des renforts recherchés par Waasland-Beveren : il est jeune, Belge, et a une marge de progression. Wuytens doit apporter l'expérience qui a parfois manqué la saison passée. Il est passé par le PSV, et la saison dernière, il a fait un choix étonnant en s'offrant une escapade dans le championnat israélien. Le nouveau coach a visionné ces dernières semaines les images des matches de 2019-2020 pour voir ce qui n'avait pas fonctionné. Va-t-il trouver le bon équilibre dans l'entrejeu ? Ses prédécesseurs s'y sont cassé les dents. Djihad Bizimana, Matthias Verreth et Jur Schryvers étaient trop précipités, ils manquaient d'idées et ils ne contrôlaient pas bien les situations. Yuki Kobayashi n'a pas davantage convaincu. La direction de Waasland-Beveren s'est tiré une balle dans le pied en remerciant trop tard l'entraîneur français Arnauld Mercier. Et puis il y avait un sérieux problème offensif. Dierckx a été le meilleur réalisateur avec trois buts. Stefan Milosevic and Co reçoivent une nouvelle chance. On tiendra à l'oeil l'Américain Joseph Efford, un droitier rapide qui a le sens du but. On compte sur lui pour faire décoller les stats offensives. En tout cas, rien que son histoire personnelle vaut le détour. À 23 ans, il est déjà passé par la Roumanie (un mois en test), Majorque (un match en deux ans à cause de soucis administratifs) et la Grèce.