La Russie n'a heureusement pas rameuté pour l'EURO que ses milices de hooligans élevés à la fonte et au krav-maga. A une trentaine de kilomètres de Nice, le jour du match des Belges face à la Suède, c'est une tout autre créature que l'on croise sur notre route. Le lieu n'avait pourtant rien de glamour, une banale pompe à essence aux burgers homemades douteux. Où fans belges et suédois font le plein d'essence et de boissons, se croisent entre les wc et les machines à café. Au milieu de ce va-et-vient, une sculpturale brune sur très haut-talons, petit top blanc, ventre nu et pantalon blanc très peu opaque. Un look à faire passer les stars de la téléréalité pour des féministes est-allemandes et une taille qui l'autorise presque à toiser le double mètre de ThibautCourtois.
...

La Russie n'a heureusement pas rameuté pour l'EURO que ses milices de hooligans élevés à la fonte et au krav-maga. A une trentaine de kilomètres de Nice, le jour du match des Belges face à la Suède, c'est une tout autre créature que l'on croise sur notre route. Le lieu n'avait pourtant rien de glamour, une banale pompe à essence aux burgers homemades douteux. Où fans belges et suédois font le plein d'essence et de boissons, se croisent entre les wc et les machines à café. Au milieu de ce va-et-vient, une sculpturale brune sur très haut-talons, petit top blanc, ventre nu et pantalon blanc très peu opaque. Un look à faire passer les stars de la téléréalité pour des féministes est-allemandes et une taille qui l'autorise presque à toiser le double mètre de ThibautCourtois. Sauf qu'on ne pense pas directement à Thibaut Courtois en l'observant faire les cent pas au milieu des maillots d'EdenHazard, Kevin De Bruyne ou Zlatan Ibrahimovic. Un peu plus loin, son compagnon est bien plus discret, la quarantaine ventripotente, le crâne dégarni, un polo et un short beige tendance automne-hiver et des baskets d'un autre âge : l'amour fait bel et bien des miracles. Ou doit-on chercher une autre raison à cette union si particulière ? Petit aperçu en tout cas, de cette nouvelle French Riviera investie par des milliardaires et leurs poupées russes qui donne un sacré coup de vieux aussi aux " Gendarmes de Saint-Tropez ". Surtout quand notre vénéré confrère du nord du pays, alors que l'on approche de la cité niçoise, nous conte ses premiers émois d'adolescents sur la Côte d'Azur au coeur des années 70 quand le monokini était de saison mais aussi un symbole d'indépendance et de libération des femmes. Belgique-Suède, c'est aussi l'occasion de se rendre compte de nos différences. Car faut bien reconnaître que même en salle de presse, ou plutôt surtout en salle de presse, le Suédois est majoritairement grand, mince, et impeccablement coiffé, là où le Belge est, comment dire, moins regardant. Même constat en tribune d'honneur : Carl Gustaf de Suède, c'est la Ligue des Champions de la bogossitude face à notre Roi Philippe qui bataille dans le bas de tableau de la Jupiler League. Mais au-delà de la superficialité de ces critères esthétiques (on se rassure comme on peut), le Suédois est aussi plus nombreux et mieux en voix que son adversaire du soir alors que Stockholm-Nice c'est tout de même 2400 km, soit plus du double de Bruxelles-Nice. Quelques jours plus tôt à Bordeaux, on s'était déjà fait la même réflexion quand les fans des Diables avaient profité de la deuxième mi-temps pour reprendre des couleurs face aux indétrônables meilleurs supporters de l'EURO irlandais. Enfin peu importe, au final, c'est bye-bye Zlatan et la Belgique qui s'en sort avec la banane. En mixed zone (terme désignant l'endroit où les joueurs défilent à tour de rôle devant une haie de journalistes après la rencontre), la presse suédoise attend en nombre les dernières saillies en jaune et bleu de la légende. L'attente est longue et à la hauteur du personnage. Heureusement, on a Karim et Kader pour nous faire patienter. Les deux Niçois sont agents de sécurité pour l'OGC Nice et font l'EURO en extra. Pour éviter que Zlatan nous file sous le nez, on leur demande un peu d'aide. " S'il ne s'arrête pas, je vais le zlataner ", assure Karim du haut de son mètre 70 (pour être gentil car le duo était vraiment sympa). C'est donc pas gagné. " Et si on se fait fracasser par Zlatan, vous ferez bien un article sur nous ? ". Bien sûr mais on n'aura pas le temps ou plutôt la patience de voir ça. D'autant que notre soirée est déjà réussie après le passage sous nos yeux de MattPokora quittant l'Allianz Riviera avec Yannick Carrasco et Michy Batshuayi. Une évidente faute de goût musicale pour nos deux internationaux qu'on mettra sur le dos de la jeunesse. De notre côté, on se dit qu'on est quand même passé tout près d'un trop rapide retour-maison. Olga, ravissante journaliste ukrainienne assise à nos côtés pendant la rencontre, nous fait part de ses impressions. " Vous avez de très bons joueurs, c'est évident mais je crois aussi qu'il y en a plusieurs qui pensent être meilleurs qu'ils ne le sont réellement. " Le Belge virerait-il Français Olga ? " Oui, c'est un peu ça. " OK. De retour vers Lacanau, on se met sur le bas-côté à la vue de trois jeunes faisant de l'auto-stop. Loïc, Romain, et Icham ont tous les trois 16 ans (ce qui est difficile à croire vu le gabarit) et portent chacun fièrement le survet', Real pour l'un, Chelsea pour l'autre et PSG pour le troisième larron. Là où ils sont totalement raccord, c'est cette banane imitation Louis Vuiton fixée à la ceinture. " Ça fait une heure qu'on attendait qu'une voiture nous prenne ", débute Loïc, tout heureux de voir enfin une voiture s'arrêter sur leur route. " On nous a pris pour des gendarmes, c'est peut-être pour ça qu'on a dû attendre si longtemps. " Peut-être bien. On pense évidemment avoir affaire à des fanas de foot vu l'accoutrement. " Pas vraiment, je regarde les résumés de l'EURO vite fait ", répond Hicham. Même chose pour les deux autres. Et apparemment la Belgique ne fait pas encore rêver. " Vous êtes venus jusqu'ici en voiture ? C'est loin non ? ", s'interroge Romain " Ah vous êtes de Belge ? ", poursuit Icham. L'éducation nationale française connaît encore quelques ratés apparemment. " Glace à l'eau pour les costauds, beignets aux chocolats pour les nanas. " Le lendemain, le soleil bat son plein sur la cité balnéaire de Lacanau. Les beach boys baladent leur bac à glace et autres sucreries à bout de bras alors que le Brexit éclipse l'actualité foot. Enfin pas totalement. Une halte au café " La Mouette " nous mène à Hector Chabada, théoricien de comptoir dopé à la 1664 dès 10 h du matin. " Les Danois ont gagné l'EURO après avoir dit non au traité de Maastricht en 1992. Et cette année, vous allez voir, ce sont les Anglais qui vont gagner l'EURO après avoir dit non à l'Europe. Ecoute bien ce que je te dis. " Et sinon, Eden Hazard vous en pensez quoi ? " C'est tellement surfait comme joueur. " C'est noté Monsieur Chabada. PAR THOMAS BRICMONT À LACANAU - PHOTOS BELGAIMAGE