La finale de la Coupe de Belgique et le match amical des Diables ? Affaires classées ! Les play-offs s'apprêtent à enflammer la scène médiatique. Pour couvrir ces 10 journées de compétition, VOOsport va continuer d'inverser la célèbre maxime " Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! ".
...

La finale de la Coupe de Belgique et le match amical des Diables ? Affaires classées ! Les play-offs s'apprêtent à enflammer la scène médiatique. Pour couvrir ces 10 journées de compétition, VOOsport va continuer d'inverser la célèbre maxime " Si tu ne viens pas à Lagardère, Lagardère ira à toi ! ". " Effectivement, nous préférons accueillir les acteurs du championnat plutôt que d'aller à leur rencontre via des reportages ", précise Christine Schréder, chef d'édition. " A nos yeux, ces séquences grignotent le temps dédié à l'analyse du match. Recevoir ces joueurs est un plus, surtout que les profils sont divers (gardien, défenseur, etc.). Ils nous permettront d'évoquer les play-offs 1 et 2. Un élément comme JérémyPerbet est intéressé par une carrière de consultant et a connu plusieurs clubs : Charleroi, Bruges, Courtrai, ... Une autre bonne surprise, c'est Jonathan Legear. Il véhicule une certaine image mais ses interventions sont pertinentes et il a quand même évolué à Anderlecht et au Standard. " Outre le studio du dimanche, VOOsport renforcera aussi sa présence en bord de terrain lors des affiches (Standard-Charleroi, ...). Autre spécificité lancée cette saison : les " Facebook lives " où différents intervenants de la rédaction interagissent avec les internautes. " François Descamps et Patrick Stein s'occupent de ce concept et amènent leurs idées. C'est un type de débat intéressant, où on peut s'exprimer plus librement même si ce n'est pas toujours évident en raison de la susceptibilité de quelques supporters. Il y a des questions qui reviennent fréquemment (le nom du champion, l'arbitrage, ...). Les gens souhaitent vraiment avoir notre avis. Il leur arrive de penser qu'on ne veut pas le donner. Mais c'est parfois parce que nous avons une vision plus large. Je ne vais pas descendre un arbitre à partir du moment où je considère que c'est un humain qui a le droit à l'erreur. "