Quand il a engagé Albert Cartier, il y a un an, le président Johan Vermeersch a fait le point sur ses ambitions à moyen terme : progresser d'environ 3 places par saison. Il est en avance sur ses prévisions puisque le Brussels a terminé 10e en 2005-2006 après la 15e place de 2004-2005. Aujourd'hui, on se dit qu'obtenir à nouveau le même classement en mai prochain serait inespéré car ce club a perdu une toute grosse pièce, Ibrahim Kargbo, tandis qu'Alan Haydock en a encore pour quelques mois de rééducation suite à sa rupture des ligaments croisés. De plus, le départ d'Igor De Camargo au mercato d'hiver ne semble toujours pas avoir été comblé et on a vu pendant tout le deuxième tour le vide qu'il laissait. Michaël Niçoise, qui avait fini par trouver ses marques en attaque, vient lui aussi de partir.
...

Quand il a engagé Albert Cartier, il y a un an, le président Johan Vermeersch a fait le point sur ses ambitions à moyen terme : progresser d'environ 3 places par saison. Il est en avance sur ses prévisions puisque le Brussels a terminé 10e en 2005-2006 après la 15e place de 2004-2005. Aujourd'hui, on se dit qu'obtenir à nouveau le même classement en mai prochain serait inespéré car ce club a perdu une toute grosse pièce, Ibrahim Kargbo, tandis qu'Alan Haydock en a encore pour quelques mois de rééducation suite à sa rupture des ligaments croisés. De plus, le départ d'Igor De Camargo au mercato d'hiver ne semble toujours pas avoir été comblé et on a vu pendant tout le deuxième tour le vide qu'il laissait. Michaël Niçoise, qui avait fini par trouver ses marques en attaque, vient lui aussi de partir. Patrick Nijs, un des meilleurs joueurs bruxellois de la saison dernière, est désormais un gardien pensionné actif ! Il est toujours dans le noyau mais ne vise plus la place de numéro 1. Pas de panique, toutefois, pour ce poste : l'arrivée de Michaël Cordier est l'une des meilleures affaires de l'été sur le marché des transferts. Le clone de Silvio Proto a prouvé toute la saison dernière avec La Louvière qu'il était un des grands espoirs belges dans les buts. La défense du Brussels a réalisé un bel exploit la saison passée : elle n'a pris que 30 buts et fut ainsi la troisième meilleure ligne arrière de D1 (27 buts pour Anderlecht, 28 pour le Standard). Trois de ses quatre titulaires sont toujours au club : Zoltan Petö (qui glisse de la gauche vers l'axe), Steve Colpaert (axe) et Christ Bruno (droite). Comment gérera-t-elle le départ de Kargbo ? Ce sera l'une des clés de la saison des Bruxellois. Le club a transféré Mohama Zanzan Atte-Oudeyi, qui a faim après un deuxième tour très pauvre en minutes de jeu avec Lokeren et une éviction in extremis du noyau du Togo pour le Mondial. La tenue de ce 4 en ligne sera une des clés de la saison. Michaël Nadji (qui sort d'une longue saison avec le Lierse et doit souffler), Michaël Jonckheere et le prometteur Quantin Durieux (lancé en D1 par Cartier à La Louvière) sont trois bonnes solutions de remplacement. Le couac de début de saison dans ce secteur, c'est l'indisponibilité d'Haydock, capitaine et moteur du jeu défensif dans le milieu. Durant son absence, Fabrice Omonga devrait avoir l'occasion de se montrer. Il est aligné en retrait de Richard Culek, un des rares joueurs de taille du noyau, qui sait s'infiltrer et monte sur chaque phase arrêtée. L'entraîneur ne devrait pas s'écarter de la formule avec un seul médian défensif et un offensif : il a essayé d'autres schémas la saison dernière avec Mario Espartero, mais ce fut rarement une réussite et le joueur n'a d'ailleurs pas été conservé. A droite, le gaucher Julien Pinelli (encore un transfert de La Louvière) est partant presque certain. Et à gauche, on retrouve une vieille connaissance : Ebou Syllah (ex-Club Bruges), un pur extérieur gauche qui a un gros apport offensif. Kristoffer Andersen s'est montré dans les matches de préparation mais il ne semble pas encore assez mûr pour une place dans le 11 de base. Musaba Selemani est dans le même cas, malgré de très nombreuses apparitions la saison dernière. Il y a du changement dans cette ligne. Cartier devrait aborder le championnat avec un attaquant de pointe (Moussa Sanogo) soutenu par un électron libre : Julien Gorius. C'est nouveau pour le joueur français et cette formule a montré qu'elle pouvait marcher lors de certains matches de préparation. Mais rien ne dit qu'elle est définitive. Le Brussels pourrait jouer avec deux véritables attaquants s'il trouve la bonne pièce sur le marché des transferts dans les prochaines semaines. Il y a aussi la solution Jonathan Téhoué, le buteur arrivé de Virton. Il est donc possible que la mission actuelle de Gorius ne soit que provisoire. L'excellent premier tour du Brussels la saison dernière s'expliquait en bonne partie par l'efficacité de sa colonne vertébrale : Nijs-Kargo-Haydock-De Camargo. Le gardien a été bien remplacé, c'est une certitude. Par contre, on n'a pas encore de vraies garanties pour les trois autres postes. Le championnat des Bruxellois sera conditionné par les solutions que trouvera Cartier pour ces places à hautes responsabilités. PIERRE DANVOYE