C'est l'incertitude du résultat qui conditionne l'attractivité de tous les événements sportifs. Elle a régné dans tous les matches jusqu'aux derniers instants, tenant en haleine les spectateurs. Reste à savoir si l'UEFA et les clubs vont en tenir compte et adapter la formule à partir de la saison 2003. Autrement dit: va-t-on réintroduire, complètement ou partiellement, l'élimination directe en aller-reto...

C'est l'incertitude du résultat qui conditionne l'attractivité de tous les événements sportifs. Elle a régné dans tous les matches jusqu'aux derniers instants, tenant en haleine les spectateurs. Reste à savoir si l'UEFA et les clubs vont en tenir compte et adapter la formule à partir de la saison 2003. Autrement dit: va-t-on réintroduire, complètement ou partiellement, l'élimination directe en aller-retour de début septembre à fin mai? Probablement pas. Si les 128 champions nationaux et les autres qualifiés reprennent ensemble la compétition en automne, les deux finalistes joueront 14 matches. Ceux-ci s'en satisferont mais pas tous les autres alors que la formule actuelle assure 12 matches à 16 d'entre eux et 14 aux huit meilleurs. Quelle que soit l'issue des demi-finales de la semaine prochaine, on peut déjà affirmer que le Bayer Leverkusen est l'équipe de l'année. Associé au début de la décennie précédente avec le géant pharmaceutique Bayer, il évolue à tout casser devant 25.000 personnes. Ce n'est rien, comparé aux stades géants de ses voisins, Schalke 04 et le Borussia Dortmund, mais il n'est plus qu'à quelques victoires du titre en Bundesliga. Footballeur moyen, Klaus Toppmöller, essentiellement actif à Kaiserslautern, est parvenu, comme beaucoup de joueurs modestes, à former un ensemble soudé et constructif qui produit un football attrayant. Leverkusen atteint l'apogée de son art mais, comme toujours dans ce cas, il ne savourera pas longtemps son succès. Michael Ballack, son meneur de jeu et finisseur hors-pair, a déjà signé au Bayern, lequel a aussi jeté son dévolu sur Ze Roberto, l'ailier gauche brésilien. Lucio, le défenseur que l'International Porto Allegre considérait comme un second choix, Bastürk, le Germano-Turc et Oliver Neuville, l'attaquant de poche, ne laissent pas grand'monde indifférent. Alex Ferguson pourrait ainsi concrétiser son rêve en affrontant à Glasgow, sa terre natale, le Real Madrid, lequel ne pourrait imaginer plus belle affiche à l'occasion de son centenaire.Mick Michels