Comment avez-vous réagi à l'annonce de la fin de diffusion ?
...

Comment avez-vous réagi à l'annonce de la fin de diffusion ? Nous étions au courant que RTL allait privilégier la Ligue des Champions. Logique : c'est la compétition qui rassemble les clubs les plus prestigieux. Il valait mieux mettre tous ses oeufs dans le même panier plutôt que de viser les deux compétitions et n'en obtenir aucune. Sentimentalement, ce sera particulier car l'Europa League m'a permis d'effectuer mes premiers pas en télé. Le jour de la finale, l'émotion sera aussi intense pour Anne Ruwet ou les consultants (Jean-Marc Ghéraille, ...). Mais bon, ce n'est pas non plus la fin du monde. Quel sera votre meilleur souvenir ? Grâce à l'Europa League, je me suis déplacé dans des stades où, contrairement à la Champions League, les journalistes n'ont pas l'habitude d'aller. Je me suis retrouvé à Thoune, en Suisse, avec Frédéric Herpoel. C'est une petite ville de quelques milliers d'habitants qui n'en avaient rien à faire du foot. La moitié du terrain était gelée et nous n'avons jamais eu aussi froid de notre vie ! A Videoton, en Hongrie, ce fut aussi assez exotique : un petit stade vétuste, perdu en plein milieu de la pampa, difficilement accessible, surtout avec un GPS qui ne trouvait pas le chemin. Au stade, les responsables de l'UEFA semblaient perdus et ne savaient pas quoi faire. On se plaint parfois de nos stades belges mais on est bien logé par rapport à d'autres pays. Au niveau des matches, mon coup de coeur est pour Liverpool-Zenit Saint-Pétersbourg en 2013. Les Reds avaient perdu l'aller (2-0) et les Russes, avec Lombaerts et Witsel sur le terrain, ont directement marqué à Anfield. Les Anglais ont ensuite mis trois buts mais ce fut insuffisant pour se qualifier. Par contre, l'ambiance était incroyable. J'étais seul aux commentaires et tout tremblait : les tribunes, mon codec, ... À l'avenir, vous commenterez encore des matches ? J'ai posé ma candidature pour la Ligue des Champions. Ma hiérarchie est au courant de mes intentions et on verra ce qu'elle décidera. RTL a récemment été touchée par une vague de licenciements. Vous avez craint pour votre situation ? Je n'ai pas reçu de garantie mais je ne me suis jamais senti en danger. Par contre, j'ai vu des amis partir. Des vies ont été brisées et c'était plus compliqué à gérer. Que ferez-vous pendant la Coupe du Monde ? Je reste en Belgique. Tant pis si je ne pars pas : j'ai appris à relativiser. Pour ce qui est du dispositif, c'est à ma direction de communiquer ce qui sera mis en place.