1. Quand on a appris que vous alliez succéder à Frans Schotte au poste de président, Maarten Allijns, un ancien administrateur du Cercle, fils du président courtraisien Joseph Allijns, vous a qualifié de " meilleur transfert hivernal " sur sa page Facebook. Comment cela va-t-il se traduire ?
...

1. Quand on a appris que vous alliez succéder à Frans Schotte au poste de président, Maarten Allijns, un ancien administrateur du Cercle, fils du président courtraisien Joseph Allijns, vous a qualifié de " meilleur transfert hivernal " sur sa page Facebook. Comment cela va-t-il se traduire ? C'est agréable mais c'est sans doute trop d'honneur. Je préfère rester modeste. C'est sur le terrain que nous devons nous sauver. Maarten veut sans doute dire que j'ai un vision quant à l'avenir du Cercle et il sait que quand je veux quelque chose, je ne lâche pas prise. Je crois en l'avenir du Cercle et tout le monde doit y croire. Y veiller est ma principale tâche. Je constate que beaucoup de gens restent attachés au Cercle. Le projet doit et va réussir. 2. Quelle est la principale différence entre Frans Schotte et vous, indépendamment d'une différence d'âge d'un quart de siècle ? Même si Frans m'a beaucoup appris, je ne dois pas essayer de l'imiter. J'essaie de rester moi-même. Les défis ne manquent pas, je sais ce qui m'attend. Il faut tout moderniser. Je crois fermement en l'analyse des données et en l'automatisation. Ma société, Stardekk, mise beaucoup là-dessus et je veux introduire ces compétences au Cercle. Le monde du football a énormément évolué. C'est devenu une économie et si nous voulons rester une équipe professionnelle, nous devons suivre. Nous devons oser regarder droit devant et adopter un nouveau cap. Je le fais avec beaucoup de respect pour le passé mais nous ne pouvons pas nous accrocher aux méthodes d'antan. Nous l'avons peut-être trop fait. 3. La semaine passée, l'ambiance était quasi euphorique à la réception de Nouvel An du Cercle. D'où vous vient cet optimisme ? Le passage de témoin à la présidence s'est bien déroulé et nous avons confiance en Bernd Storck et dans les joueurs qui arrivent. Nous continuons à investir, même si nous rejoignons la D1B la saison prochaine. Il y a six ans, nous étions aussi derniers mais personne n'était à l'aise. Nous avions des problèmes financiers, nous étions nerveux et il y avait des prises de bec. À l'époque, la réception avait presque été un enterrement. Maintenant, tout le monde y croit. C'est aussi ça qui m'a encouragé à accepter cette mission. 4. L'AS Monaco ne fait qu'investir dans le Cercle mais malgré tout, vous n'avez gagné que cinq matches en 2019. Pourquoi cela changerait-il ? Parce que nous allons aborder le projet différemment. Lors d'une reprise, on ne peut pas copier comme ça un mode de fonctionnement. C'est beau en théorie mais en pratique, on réalise vite qu'il faut rectifier certaines choses. On a sous-estimé l'intégration, ce qui n'est pas anormal. En avril 2019, Oleg Petrov est devenu CEO. C'est un homme fantastique et il partage ma vision, c'est-à-dire qu'il faut entamer le projet à partir du Cercle. Il faut donner au Cercle une identité, une structure, des connaissances et un mandat. Nous devons renverser la situation : les joueurs doivent intégrer le projet via le Cercle, en ayant la perspective, s'ils font de leur mieux, de pouvoir rejoindre l'AS Monaco ou d'autres clubs. Le Cercle va accueillir un nouveau directeur technique et nous mettons au point une cellule de scouting à Bruges, qui prendra des décisions en concertation avec Monaco. 5. Le Cercle n'aura-t-il pas plus de mal à survivre avec un bourgmestre, Dirk De fauw, qui est supporter du Club et qui le chasse à l'Olympia pour permettre au Club de bâtir un nouveau stade avant les nouvelles élections communales ? Je ne pense pas que notre bourgmestre prenne ses décisions sur base de ses préférences personnelles mais parce qu'en tant que bourgmestre, il ne veut pas que sa ville perde le Club. Il veut aussi prouver qu'il peut réussir là où son prédécesseur a échoué. Il a déjà reconnu avoir commis une erreur, il a présenté des excuses et nous a assuré de trouver une solution pour le Cercle.