Comme le relève Kris Masson, la lettre du Lierse signifiant son renvoi à Paul Put est bizarre. " Paul a soi-disant été renvoyé pour des motifs urgents, soit son implication dans l'affaire Ye, mais la lettre n'en fait jamais mention. Il n'y a pas un mot sur les équipes B, seulement des arguments sportifs ".
...

Comme le relève Kris Masson, la lettre du Lierse signifiant son renvoi à Paul Put est bizarre. " Paul a soi-disant été renvoyé pour des motifs urgents, soit son implication dans l'affaire Ye, mais la lettre n'en fait jamais mention. Il n'y a pas un mot sur les équipes B, seulement des arguments sportifs ". Officiellement, Put semble avoir été mis à la porte début novembre 2005 à cause de " conseils manifestement mauvais " en matière de transferts, parce qu'il ne tenait plus son groupe, qu'il y avait des bagarres sur le terrain, que le coach était en conflit avec Tony Vairelles et que les résultats étaient mauvais. Le répertoire classique donc, pas un mot au sujet de la corruption. Masson : " Moins d'un mois après le match de l'équipe B contre Genk, Leo Theyskens offre un nouveau contrat à Put. Un contrat à tomber à la renverse, avec une augmentation et une indemnité de rupture particulièrement élevée ! Vous n'agissez pas ainsi si vous soupçonnez votre coach ? Le 20 novembre 2005, nous faisons saisir la recette de Lierse - Genk. Ensuite, Theyskens déclare qu'il ne déposera pas plainte contre Paul Put. Deux jours plus tard, il le fait quand même. Pourquoi ? " Comme par hasard, remarque Masson, cela se passe quelques jours après que le Lierse a déposé un document à la Chambre du Commerce, pour la première fois en trois ans. Selon Masson, Theyskens et Gaston Vets, son prédécesseur, se contredisent sans cesse sur l'identité de ceux qui étaient alors en poste. Ils ne pipent pas mot du Chinois, alors que les joueurs n'ont vu personne d'autre que Ye et Gaston Peeters pendant des semaines. Masson : " Theyskens a toujours présenté les choses comme s'il n'avait été convoqué à l'UB que comme simple témoin alors qu'il ne faut pas oublier que son club était sur le banc des accusés et qu'on a requis une sanction contre le Lierse ". La commission des licences n'est pas blanche non plus aux yeux de Masson. " Entre mai et novembre 2005, Put n'a jamais reçu de fiche de salaire. Comment remplir sa déclaration fiscale ? De Troetsel a rejoint le Brussels parce qu'il n'était plus payé depuis des mois. Pour son dernier dossier, le Lierse a même fait établir une fausse attestation par un réviseur d'entreprise, ce qui est passible de poursuites. Normalement, il devait perdre sa licence car il ne pouvait pas apporter d'éléments neufs en appel. Pourtant, la commission la lui a accordée ". Masson conclut : " Paul Put et les autres ne pensaient pas à l'argent. Ils sont devenus les victimes d'une situation rendue possible par l'UB. En octroyant sa licence au Lierse en 2004, sous pression, la Fédération a permis au club de poursuivre sa route et en a fait une proie facile pour les intentions mafieuses de Zheyun Ye ".JAN HAUSPIE