" En quelle année l'Antwerp s'est-il mesuré au grand Real Madrid en Coupe des clubs champions, ancêtre de la Ligue des Champions ? En 1957. L'Antwerp était alors un club belge très important et venait de décrocher le titre national. Détenteur de la CE1, le Real était à l'époque, sans discussion, le club numéro 1 au monde. Les Anversois ont été battus 1-2 mais cela n'empêcha jamais le regretté Vic Mees, récemment décédé à l'age de 85 ans, d'évoquer ce match avec fierté. En 1957, ce demi avait 30 ans et vivait les plus bel...

" En quelle année l'Antwerp s'est-il mesuré au grand Real Madrid en Coupe des clubs champions, ancêtre de la Ligue des Champions ? En 1957. L'Antwerp était alors un club belge très important et venait de décrocher le titre national. Détenteur de la CE1, le Real était à l'époque, sans discussion, le club numéro 1 au monde. Les Anversois ont été battus 1-2 mais cela n'empêcha jamais le regretté Vic Mees, récemment décédé à l'age de 85 ans, d'évoquer ce match avec fierté. En 1957, ce demi avait 30 ans et vivait les plus belles années d'une carrière exceptionnelle. Il a passé toute sa vie de footballeur au Bosuil mais fut à deux doigts de commettre une erreur d'aiguillage. En cadets, ses entraîneurs le jugèrent trop petit et il ne prit part à aucune rencontre. Déçu, le gamin signa une carte d'affiliation à Olse Merksem. L'Union Belge découvrit le pot aux roses et le garnement fut réexpédié illicopresto à l'Antwerp. Fâché, Vic préféra jouer avec ses copains de quartier avant de céder à l'appel des dirigeants anversois : cette fois, il y avait de la place pour lui dans les équipes de jeunes de Deurne. Et ce fut le début d'une grande aventure sportive. Aux footballeurs d'aujourd'hui qui se plaignent parfois de leur " triste sort " et d'une trop grande charge de travail, je signale que Mees exerça longtemps le métier de charbonnier. Son père tenait alors un bistrot mais la vedette de l'Antwerp préféra changer d'univers et livra lui-même de la houille chez ses clients. Noir de poussière, il se décrassait dare-dare avant de filer à l'entraînement. Ses succès furent nombreux : une Coupe de Belgique (4-0 contre Waterschei en 1955), un titre (1956-57), le Soulier d'Or (1956), 68 caps en équipe nationale de 1949 à 1960 (recordman du nombre de sélections avant que Paul Van Himst, 81 caps le dépasse), élu Joueur du Siècle à l'Antwerp, etc. Pour moi, Mees était une légende, un exemple à suivre. J'avais 13 ans, en 1954, quand la Belgique signa un merveilleux exploit lors de la phase finale de la Coupe du Monde organisée en Suisse. Le 17 juin, à Bâle, Mees et ses camarades Diables Rouges étaient opposés à la puissante Angleterre. A 3-1 pour les insulaires, plus personne ne donnait une chance aux Belges qui, cependant, au prix d'un gros rush en deuxième mi-temps, arrachèrent un nul mérité : 4-4. Ce résultat fit sensation. En 1964, Mees quitte le seul club où il joua, l'Antwerp, coacha un an le FC Turnhout, avant d'entraîner les Juniors UEFA de l'Antwerp durant 15 ans. A l'annonce de son décès, le président de la FIFA, Joseph Blatter a envoyé un message de condoléances à François De Keersmaecker, numéro 1 de l'Union Belge et à la famille du défunt : un très bel hommage ! " PROPOS RECUEILLIS PAR PIERRE BILIC