Devenant de plus en plus indiscrètes, les caméras de télévision permettent désormais de saisir au vol des bribes de conversation qui demeuraient autrefois inaccessibles pour le grand public. Ainsi dimanche, dans la salle d'attente avant le podium du Grand Prix du Japon, Jenson Button n'a pas manqué de faire remarquer à Sebastian Vettel qu'il estimait sa man£uvre d'intimidation au départ un peu limite : " Tu m'as emmené dans le gazon, tout simplement ", notait le pilote anglais avec un brin d'ironie. L'échange n'est pas allé plus loin dans la mesure où ces deux grands cham...

Devenant de plus en plus indiscrètes, les caméras de télévision permettent désormais de saisir au vol des bribes de conversation qui demeuraient autrefois inaccessibles pour le grand public. Ainsi dimanche, dans la salle d'attente avant le podium du Grand Prix du Japon, Jenson Button n'a pas manqué de faire remarquer à Sebastian Vettel qu'il estimait sa man£uvre d'intimidation au départ un peu limite : " Tu m'as emmené dans le gazon, tout simplement ", notait le pilote anglais avec un brin d'ironie. L'échange n'est pas allé plus loin dans la mesure où ces deux grands champions pouvaient s'estimer heureux du verdict enregistré à Suzuka : le premier avait rempli sa mission en gagnant... mais le second ayant terminé largement dans les points, l'affaire était entendue et le sociétaire du team Red Bull a pu célébrer son deuxième sacre consécutif. Un sacre au demeurant très largement mérité tant Sebastian Vettel a dominé son sujet durant cette saison. Le natif de Heppenheim en Allemagne (le 3 juillet 1987) n'en finit plus d'accumuler les records : l'an dernier, il était devenu à 23 ans 4 mois et 11 jours le plus jeune champion du monde de l'histoire de la Formule 1, et il vient de détrôner Fernando Alonso comme plus jeune double n°1 mondial. Lors du GP du Japon 2007, il était devenu à 20 ans 2 mois et 27 jours le cadet parmi les pilotes ayant mené un Grand Prix et quelques mois plus tard à Monza, il était entré dans l'histoire de la F1 en étant à 21 ans 2 mois et 11 jours le plus jeune poleman et le lendemain le plus jeune vainqueur en F1. Le protégé d' Helmut Marko, un ancien lauréat des 24 Heures du Mans, affiche aussi des statistiques impressionnantes pour la saison 2011 (qui n'est pas finie...) : sur les quinze épreuves disputées jusqu'ici, il en a gagné neuf, terminant 2e à quatre reprises tandis qu'il a fini 3e pour la première fois au Japon. Son plus mauvais résultat est sa 4e place en Allemagne devant son public. Autre constat interpellant : le champion du monde n'a jamais abandonné cette année ! Son dernier retrait date du GP de Corée 2010 sur le circuit de Yeongam... qui accueillera précisément les concurrents ce prochain week-end. Pas besoin de longues explications pour situer sa motivation pour ce rendez-vous, il y sera plus que jamais l'homme à battre ! Mais donc la fiabilité affichée par le binôme Sebastian Vettel-Red Bull Renault doit être soulignée tant elle apparaît comme un élément important de l'équation 2011. Tous les poursuivants du n°1 ont en effet renoncé une ou deux fois jusqu'ici. Enfin, on ne manquera pas de mettre en parallèle le bilan du champion et celui de son équipier Mark Webber. Celui-ci n'est pourtant pas le dernier venu mais il est toujours à la recherche de sa première victoire cette année, et on a vu encore à Suzuka qu'il évolue un - gros - cran plus bas que son chef de file. Quatre manches restent au programme : Corée, Inde, Abu Dhabi et Brésil. Les places d'honneur constituent toujours un enjeu intéressant, d'autant que l'écart entre Jenson Button actuel 2e et Lewis Hamilton pointé au 5e rang n'est jamais que de 32 points. Or, 100 points restent en jeu. ÉRIC FAURE