En quinze ans, Peter Van Petegem (37 ans) s'est forgé un palmarès impressionnant : il a gagné deux fois le Tour des Flandres, Paris- Roubaix, trois fois le Circuit Het Volk, deux fois les Trois Jours de la Panne, le GP E3, Kuurne-Bruxelles-Kuurne et a décroché deux médailles au championnat du monde. Il a pourtant connu beaucoup de hauts et de bas. Il signe son premier contrat pro chez PDM en 1991 mais un an plus tard, il est à la rue : le sponsor quitte le cyclisme suite à une affaire de dopage au Tour 1991. Van Petegem rejoint Lotto, qui le remercie, faute de résultats, la s...

En quinze ans, Peter Van Petegem (37 ans) s'est forgé un palmarès impressionnant : il a gagné deux fois le Tour des Flandres, Paris- Roubaix, trois fois le Circuit Het Volk, deux fois les Trois Jours de la Panne, le GP E3, Kuurne-Bruxelles-Kuurne et a décroché deux médailles au championnat du monde. Il a pourtant connu beaucoup de hauts et de bas. Il signe son premier contrat pro chez PDM en 1991 mais un an plus tard, il est à la rue : le sponsor quitte le cyclisme suite à une affaire de dopage au Tour 1991. Van Petegem rejoint Lotto, qui le remercie, faute de résultats, la saison suivante. La modeste équipe Trident le repêche et Van Petegem s'impose au GP de l'Escaut. Cees Priem, qui a trouvé un emploi chez TVM après la débâcle PDM, l'embauche : il vit quelques saisons tranquilles, jusqu'à la razzia de la police française chez TVM au Tour 1998. Il est déjà à la maison mais devra se présenter aux enquêteurs français. 1999 est une année de succès : en une semaine, il s'adjuge Harelbeke, la Panne et le Ronde. Quand le nouveau sponsor, Farm Frites, met Priem sur la touche et exige plus de discipline, Van Petegem et quelques autres coureurs se révoltent. Le leader et Peter Post, engagé comme manager de crise, se heurtent quand Van Petegem veut rompre son contrat pour rejoindre Mapei. Après moult péripéties, durant l'hiver 2001, le coureur doit se trouver une équipe. Ce sera Mercury (USA) mais elle est bâtie sur du sable. Van Petegem n'est pas payé pendant des mois et achève la saison sous le maillot de Palmans-Collstrop. Il rejoint Lotto en 2002. Un an plus tard, il signe le plus bel exploit de sa carrière en gagnant le Ronde et Paris- Roubaix en l'espace. Quand Marc Coucke devient sponsor de l'équipe en 2005, la relation du coureur avec la direction se détériore. Suite aux résultats de TomBoonen chez le rival Quick-Step en 2005, Van Petegem est mis sous pression. Fin 2005, quand son ami Serge Baguet est mis à la porte, malgré son titre national, c'en est trop. Van Petegem a signé son dernier contrat fin 2006 pour Quick-Step - un contrat d'une saison, le dernier. Serge Baguet, âgé de 38 ans, raccroche aussi. Il a entamé sa carrière en 1991 chez Lotto. Il a remporté quelques modestes épreuves et est resté au sein de cette formation jusqu'en 1995. Il a alors rejoint Vlaanderen 2002-Eddy Merckx. Faute de résultats, en 1997, bien que son contrat soit toujours valable, Baguet quitte le cyclisme pour devenir couvreur. En 1999, Jef Braeckevelt lui négocie un contrat minimum chez Lotto. Baguet saisit cette nouvelle chance. En 2001, il remporte une étape du Tour, à Montluçon, battant au sprint deux compagnons d'une longue échappée, Jakob Piil et Massimiliano Lelli. Il signe un second triomphe en 2005, à Saint-Hubert. Baguet est sacré champion de Belgique. Davitamon-Lotto ne veut cependant pas revoir à la hausse ses émoluments et Baguet rejoint Quick-Step, la saison suivante. Dans les classiques printanières, il joue un rôle important au service de Tom Boonen.