Un calendrier trop chargé, un manque de concurrence étrangère et des primes de départ de plus en plus élevées. Peter Van den Abeele, le président de la commission cyclocross de l'UCI, ne manque pas de travail.
...

Un calendrier trop chargé, un manque de concurrence étrangère et des primes de départ de plus en plus élevées. Peter Van den Abeele, le président de la commission cyclocross de l'UCI, ne manque pas de travail. Voulez-vous supprimer les primes de départ ? Peter Van den Abeele : Le cyclocross est un monde à l'envers. En BMX et en VTT, il n'y a pas de prime de départ alors que ce sont des disciplines olympiques. Les équipes paient tout, y compris le salaire des coureurs. En cyclocross, Sven Nys - je le lui gréé bien, notez - reçoit autant en prime de départ alors qu'en VTT, il faut payer pour s'inscrire. Souhaitez-vous rapprocher le VTT et le cyclocross ? A long terme, ils devraient fusionner. Nous consacrons d'énormes budgets au cyclocross. Les spécialistes du VTT obtiennent moins de primes en Coupe du Monde et ils râlent. Pourquoi ne pas investir les 160.000 euros consacrés à la Coupe du Monde de cyclocross dans un classement qui regroupe six manches de VTT et six de cyclocross ? Ce projet doit encore passer deux commissions et n'entrera pas en vigueur avant les Jeux de Pékin. Pourquoi toucher aux primes de départ en cyclocross ?Les organisateurs étrangers ne peuvent se permettre de débourser des sommes élevées, contrairement aux belges, dont les courses sont plus souvent retransmises en direct, ce qui attire les sponsors. Ces primes auraient augmenté de 30 % depuis 2004 ?En effet, peut-être à cause de l'UCI ! Suite à la réforme de la Coupe du Monde, nous avons revu les indemnités pour attirer les meilleurs coureurs. Le top cinq perçoit 2.000 euros, le champion du monde a un supplément de mille euros. Nous versons mille euros pour les coureurs du top dix, contre 300 euros avant. Du coup, ils privilégient les manches de Coupe du Monde et ne font plus d'effort pour les autres courses. A combien s'élève la prime de départ moyenne d'un coureur du top ?Un champion du monde reçoit 3.000 euros en Coupe du Monde s'il émarge au top cinq mais ce n'est pas beaucoup comparé à ce qu'il touche dans d'autres cross. Ajoutez 50 %. Les étrangers se contentent de beaucoup moins. Parfois, leur prime de départ s'élève à seulement 300 euros... Ce n'est pas logique, en effet, surtout quand on sait que certains coureurs du subtop perçoivent 1.500 euros. Pourquoi ne pas leurs donner mille euros et offrir 500 euros de plus à l'étranger ? Mais voilà : tout le monde veut des Belges au départ de sa course et complète ensuite son plateau avec les dix étrangers obligatoires. par loes geuens