Vendredi dernier, le G11 (le Standard reste neutre) a encore émis le v£u de revenir à un championnat à 18. Roland Duchâtelet, le président de Saint-Trond, a établi des calculs, prenant le Portugal en exemple : en 2006, la D1 y a été réduite à 16 équipes et la majorité d'entre elles enregistre une énorme chute de l'assistance. Par contre, Duchâtelet a constaté une augmentation de l'assistance des petits clubs italiens quand la Serie A a été élargie à 20 clubs. Enfin, la saison passée, le coût des matches des playoffs 2 (stewards, primes, é...

Vendredi dernier, le G11 (le Standard reste neutre) a encore émis le v£u de revenir à un championnat à 18. Roland Duchâtelet, le président de Saint-Trond, a établi des calculs, prenant le Portugal en exemple : en 2006, la D1 y a été réduite à 16 équipes et la majorité d'entre elles enregistre une énorme chute de l'assistance. Par contre, Duchâtelet a constaté une augmentation de l'assistance des petits clubs italiens quand la Serie A a été élargie à 20 clubs. Enfin, la saison passée, le coût des matches des playoffs 2 (stewards, primes, éclairage) a été supérieur aux rentrées. Pourtant, il semble qu'un compromis reste possible, certains se montrant plus souples. Comme le relevait un dirigeant, il n'est pas étonnant que les clubs travaillant en étroite collaboration avec Anderlecht, le tenant de la ligne la plus dure, soient plus enclins à céder, à l'image du Cercle, qui loue plusieurs joueurs aux Bruxellois. Le président de la Ligue, Ivan De Witte, travaille à un compromis. Indépendamment des playoffs, au terme d'un championnat à 16 ou à 18, l'argent sera décisif pour briser le front et obtenir un accord. Beaucoup d'argent ? Au moins 250.000 euros par club, exige Roger Lambrecht. Le Standard, lui, a déjà annoncé qu'il n'avait pas l'intention de contribuer à la formule, ne s'estimant pas membre du G4 actuel. La saison dernière, les playoffs ont modifié l'apport du contrat TV. Auparavant, le rapport entre la part du numéro un et du numéro 16 était de trois à un alors que la saison passée, il est passé de quatre à un. Si ce rapport peut être revu, certains petits clubs sont prêts à changer de camp et on pourra à nouveau procéder à un vote. Mais 250.000 euros multipliés par dix, soit le nombre de clubs ne participant pas aux playoffs 1, cela représente une fameuse somme, surtout si le Standard refuse de participer et encore plus quand on ignore le montant réel des droits TV, puisque le contrat actuel arrive à terme en juin et va être renégocié dans les prochaines semaines. Le 12 février, la Ligue pro doit rentrer la formule du championnat à la commission nationale d'études. Si, le 28 janvier, on ne vote pas un nouveau compromis ou si la majorité des deux tiers n'est pas atteinte, la commission recevra la proposition d'une compétition à 18. Les textes sont prêts et ont été présentés vendredi dernier. Mais comment arriver à 18 ? De premières discussions ont eu lieu avec la D2. La D1 propose que le champion de D2 soit automatiquement promu et qu'on organise un tour final à cinq, pour trois places en D1. Les trois vainqueurs des tranches de D2 et les deux derniers de D1 y participeraient. Il n'y aurait donc pas de descendant direct en D1 cette saison. PETER T'KINT Les trois vainqueurs des tranches de D2 et les deux derniers de D1 participeraient au tour final. Avec trois billets gagnants.