Le RWDM a obtenu sa licence pour la D1B avec panache et malgré sa sixième place au classement, il a une petite chance de se produire au deuxième échelon de notre football. Les Bruxellois dépendent avant tout du sort de Seraing, le quatrième du classement, qui n'a pas obtenu de licence. Deux scénarios sont sur la table : continuer à jouer en D1 Amateurs ou monter en D1B et y prendre la place d'un club qui n'a pas obtenu sa licence. La troisième option, peu réaliste, est un transfert direct en D1A.

Pour l'instant, le RWDM s'en tient, dans son discours officiel, à une troisième saison d'affilée en D1 Amateurs. Compte tenu de la récession financière qui s'annonce, le management serait même enclin, dans ce cas, à réduire son budget. En même temps, le club prépare une éventuelle promotion en D1B. Les droits de retransmission, qui représenteraient le double du budget du RWDM, paraît-il, permettraient au club de renforcer considérablement son noyau.

Le RWDM a obtenu sa licence pour la D1B avec panache et malgré sa sixième place au classement, il a une petite chance de se produire au deuxième échelon de notre football. Les Bruxellois dépendent avant tout du sort de Seraing, le quatrième du classement, qui n'a pas obtenu de licence. Deux scénarios sont sur la table : continuer à jouer en D1 Amateurs ou monter en D1B et y prendre la place d'un club qui n'a pas obtenu sa licence. La troisième option, peu réaliste, est un transfert direct en D1A. Pour l'instant, le RWDM s'en tient, dans son discours officiel, à une troisième saison d'affilée en D1 Amateurs. Compte tenu de la récession financière qui s'annonce, le management serait même enclin, dans ce cas, à réduire son budget. En même temps, le club prépare une éventuelle promotion en D1B. Les droits de retransmission, qui représenteraient le double du budget du RWDM, paraît-il, permettraient au club de renforcer considérablement son noyau.