Le président Roger Lambrecht sait pertinemment que son club aborde une saison cruciale. Douzième l'année dernière, il veut à tout prix éviter les quatre derniers strapontins. Il vise le bas de la première colonne. Il veut se nicher le plus vite possible entre les places 7 et 10 et compte pour cela sur un tour de magie de Georges Leekens. La mission n'est pas évidente car le noyau a été réduit à 19 joueurs plus six jeunes du cru. L'entraîneur insiste pour avoir des renforts, surtout sur le flanc gauche, ce qui est indispensable pour que l'équipe soit plus performante.
...

Le président Roger Lambrecht sait pertinemment que son club aborde une saison cruciale. Douzième l'année dernière, il veut à tout prix éviter les quatre derniers strapontins. Il vise le bas de la première colonne. Il veut se nicher le plus vite possible entre les places 7 et 10 et compte pour cela sur un tour de magie de Georges Leekens. La mission n'est pas évidente car le noyau a été réduit à 19 joueurs plus six jeunes du cru. L'entraîneur insiste pour avoir des renforts, surtout sur le flanc gauche, ce qui est indispensable pour que l'équipe soit plus performante. Leekens s'appuie toujours sur une solide organisation défensive. Il peut dormir sur ses deux oreilles avec le gardien Boubacar BarryCopa, qui a passé le cap des frivolités et des pitreries. Au c£ur de la défense, le capitaine Olivier Doll constitue toujours un pion majeur grâce à son expérience. Il communique et dirige les autres, il se bat et n'hésite pas à mettre le pied dans les duels. L'arrière central israélien Avi Strul a la lourde tâche de faire oublier le préféré du public, João Carlos Pinto Chaves, qui avait besoin d'un nouveau défi après quatre saisons et a opté pour le RC Genk. Droitier, Strul joue surtout dans l'axe gauche et use volontiers de longs ballons. Reste à voir s'il s'acclimatera à une vitesse d'exécution plus élevée. A droite, Frédéric Dupré est une certitude. Il prend des initiatives, joue en profondeur et est solide défensivement. De l'autre côté, Hassan El Mouataz n'a pas de concurrent direct. Mais le Marocain est encore un peu instable et doit peaufiner son centre et brider son impulsivité. Lokeren a cherché un meneur de jeu. Ertan Demiri, un Albanais de Macédoine, a été jugé apte à tenir ce rôle mais il s'est blessé à la cheville et rate le début de championnat. Leekens va donc d'abord opter pour un entrejeu très peuplé avec deux récupérateurs. Nebojsa Pavlovic y constitue une certitude. Il se distingue par sa sobriété mais relance rarement proprement le ballon, ce qui pose problème, d'autant que le Bosniaque Veldin Muharemovic est dans le même cas. L'international congolais Tiko doit prendre patience. Il serait préférable de poster Killian Overmeire plus avancé, ce qui lui permettrait d'ailleurs d'évoluer dans son meilleur registre : Leekens ne partage pas cet avis. A droite, Overmeire est en balance avec Aboubacar M'Baye Camara. Le dribbleur ghanéen a réalisé une belle préparation mais risque de perdre sa place au profit de l'avant Patiyo Tambwe. Grâce à sa vitesse, le Congolais peut susciter beaucoup de danger. A gauche, Mario Carevic a reçu l'ordre de ne plus se reposer sur ses éclairs (ses passes et les phases arrêtées) et de s'acquitter avant tout de ses tâches défensives. Le Croate accuse de graves lacunes de ce point de vue, laissant trop souvent filer son homme. En soutien de l'avant-centre, Marcel Mbayo doit beaucoup bouger et apporter sa créativité. Le footballeur de poche congolais s'infiltre aisément et peut démanteler une défense grâce à son abattage. Omer Golan n'a trouvé le chemin du but qu'en fin de saison mais l'attaquant israélien doit devenir plus complet, apprendre à tirer et à reculer dans le jeu. Ouwo Moussa Maâzou, un solide avant-centre du Niger, est meilleur par sa force, sa vitesse et sa mobilité mais il manque d'opportunisme quand il a une occasion de but. Leekens souhaite développer un jeu plus dominant et imposer ses diktats à l'adversaire. Pour le moment, son noyau paraît trop restreint pour répondre à ses attentes. Les alternatives étant peu nombreuses, mieux vaut pour Lokeren que les titulaires ne se blessent pas. Lokeren a aussi intérêt à bien débuter car à partir de novembre, les Waeslandiens seront opposés à des équipes de format supérieur, sur papier. Le coach devra sublimer l'enthousiasme de ses joueurs et leur inculquer plus de ruse. par frédéric vanheule