Pas d'affiche lors de la troisième journée de Série A? Que faites-vous de Juventus-Chievo, alors? Après tout, il s'agit bien des deux formations comptant le maximum de points. A la Juventus aussi, Chievo a fait impression. Le promu ne s'est incliné que sur un penalty du Chilien Marcelo Salas, en fin de match.
...

Pas d'affiche lors de la troisième journée de Série A? Que faites-vous de Juventus-Chievo, alors? Après tout, il s'agit bien des deux formations comptant le maximum de points. A la Juventus aussi, Chievo a fait impression. Le promu ne s'est incliné que sur un penalty du Chilien Marcelo Salas, en fin de match. Après leur première victoire, les joueurs de Chievo ont demandé une prime à leur président, Luca Campedilli. Sa réponse a été négative. "Voulez-vous que je me jette à l'eau?", a-t-il demandé, non sans humour. Chievo n'a pas d'argent. Il est empreint de rage de vaincre, de fanatisme. Il dispute la première saison de son histoire parmi l'élite italienne. Luigi Del Neri (51 ans), son entraîneur, commente: "Individuellement, nos joueurs ne supportent pas la comparaison avec leurs adversaires. Mais à onze contre onze, c'est autre chose". Il découvre la Série A avec Chievo. Il n'a pas de vedettes, seulement des nobodies, dont certains ont évolué avec Chievo en D3 ou en D4, il y a plus de dix ans. Seul le gardien, Lupatelli, ancien numéro deux à l'AS Roma, bénéficie d'une petite renommée. Le Brésilien Eriberto est le seul étranger. L'ensemble de l'équipe coûte moins cher que le seul salaire annuel de Gabriel Batistuta. Del Neri travaille avec Chievo depuis l'année dernière. Le club l'a sauvé du chômage, l'entraîneur l'a promu. Depuis sa promotion en Série B, le club de la banlieue de Vérone évolue dans l'immense stade Bentegodi, devant une poignée de spectateurs. Mais la situation a changé: cette saison, Chievo a dépassé le cap des quatre mille abonnements. C'est davantage que le nombre d'habitants du quartier et plus du double du record précédent, qui date de la saison 1997-1998 avec 1.870 cartes. Chievo prépare maintenant le derby contre Hellas Vérone, champion avec Preben Larsen (ex-Lokeren) en 1984. Vérone est actuellement entraîné par Alberto Malesani, qui a travaillé à Chievo pendant sept ans et a amené le club de D3 en D2 en 1994. Le prêtre de la paroisse a promis de faire sonner les cloches de l'église si Chievo assure son maintien. Il avait déjà fait ce geste lors de la promotion. (G. Foutré)