Edward Van Daele paraphrase Charles de Gaulle, auteur d'une citation pleine de sens et historique lors d'une conférence de presse à l'Elysée en 1962 : " Ce qui est à redouter, ce n'est pas le vide, c'est le trop plein. " Une façon, pour le président de Mouscron Péruwelz, de démontrer que le largage prochain de son club par Lille ne débouchera pas sur la catastrophe que certains prévoient. " Il n'y a aucune raison de paniquer et, à voir l'intérêt que l'on nous porte, j'ai une nouvelle confirmation que la situation du RMP n'est pas si mauvaise que cela. Après avoir secoué le tamis, il nous reste trois repreneurs potentiels sérieux. "
...

Edward Van Daele paraphrase Charles de Gaulle, auteur d'une citation pleine de sens et historique lors d'une conférence de presse à l'Elysée en 1962 : " Ce qui est à redouter, ce n'est pas le vide, c'est le trop plein. " Une façon, pour le président de Mouscron Péruwelz, de démontrer que le largage prochain de son club par Lille ne débouchera pas sur la catastrophe que certains prévoient. " Il n'y a aucune raison de paniquer et, à voir l'intérêt que l'on nous porte, j'ai une nouvelle confirmation que la situation du RMP n'est pas si mauvaise que cela. Après avoir secoué le tamis, il nous reste trois repreneurs potentiels sérieux. " Ça bouge énormément au Canonnier, c'est confirmé. La situation actuelle est limpide. Le LOSC détient 51 % des parts du RMP. Marc Coucke, encore plus lourd depuis la vente récente de sa société de produits pharmaceutiques Omega Pharma à un groupe américano-israélien (on parle d'une plus-value de 1,4 milliard d'euros) et déjà actionnaire de Lille, va plus que probablement devenir l'actionnaire majoritaire du club français. Si Mouscron Péruwelz reste la propriété du LOSC, Coucke deviendra le patron de deux clubs belges de la même division, le RMP et Ostende. C'est interdit. Il n'abandonnera pas Ostende et doit donc se débarrasser du RMP, CQFD. " Oui, on s'oriente clairement vers le rachat de la majorité des parts de Lille par Marc Coucke ", confirme Edward Van Daele. " Simplement, on ne sait pas quand il réalisera la transaction, et de quelle façon. " D'après nos infos, Coucke ne serait pas le seul nouveau poids lourd dans ce club. Il deviendrait copropriétaire avec un groupe d'investisseurs du Nord Pas-de-Calais emmené par l'ancien joueur Pierre Dréossi (Lille, Sochaux, Nice, PSG, Cannes), né à Roubaix et vivant à Lille. Après sa carrière, il a été manager général de Rennes. En mai dernier, on l'a cité comme futur directeur technique de Monaco. Il a nié à l'époque mais a ajouté qu'il avait envie de retrouver le monde du foot. Ce serait donc au LOSC. Mouscron Péruwelz n'est-il plus qu'une marionnette de Lille, dont la direction pourrait faire ce qu'elle veut avec ses 51 % ? Van Daele conteste fermement. " Il est stipulé noir sur blanc, à la fois dans les statuts et dans la convention qui nous lie, que le RMP aura son mot à dire sur le nouvel actionnaire. Ce n'est pas parce qu'il est majoritaire que le LOSC peut faire ce qu'il veut avec notre club. Il faudra un projet qui nous convient. " Des négociations sont en cours avec des repreneurs possibles. " Ça va se décider dans le mois qui vient ", révèle le président. " Plusieurs pistes sont ouvertes, mais à l'heure actuelle, je suis incapable de dire qui rachètera les parts de Lille. " Est-on donc sûr que la reprise sera réalisée avant la fin du championnat ? " Affirmatif ! ", dit Edward Van Daele. " Les contacts sont tellement avancés que je prévois en tout cas une finalisation avant le mois de janvier. " Il n'y a pas d'intérêt belge, la tendance serait plutôt française. Il y a en tout cas au moins un candidat sérieux venant de la France et il semble qu'il tienne le bon bout. Croisé la semaine dernière au centre d'entraînement de Luchin, le gardien Patrick De Vlamynck nous a dit : " Il y a pas mal de vannes dans le vestiaire. On se demande pour qui on va jouer dans quelques mois. On se chambre. Mais il n'y a pas vraiment d'inquiétude chez les joueurs, tout se passe au-dessus de nous, on ne peut quand même rien y faire. On a un contrat au moins jusqu'à la fin de la saison, et quoi qu'il arrive, on a tous intérêt à se montrer. Pour moi, notre passage à vide de ces dernières semaines n'a rien à voir avec toutes les rumeurs de changement de propriétaire. " De l'inquiétude, il y en a quand même chez certains employés. Fernando da Cruz, qui a travaillé au LOSC puis a été T2 au RMP pendant deux ans, jusqu'au moment de la montée en mai dernier, est aujourd'hui directeur du centre de formation mouscronnois. " Il y a un questionnement dans le personnel, c'est un sentiment généralisé, ce n'est pas un scoop ", lance-t-il. " On lit la presse, on sait que ça bouge. Ce qui nous préoccupe au Futurosport, ce n'est pas tellement l'identité du repreneur mais son projet. Est-ce qu'il misera sur la formation ou mettra-t-il tous ses oeufs dans le panier de l'équipe Première ? Pour nous, c'est une question essentielle. Si le nouveau propriétaire consacre des moyens aussi bien aux jeunes qu'aux pros, tout le monde sera content. " Edward Van Daele confirme : " Le prix du rachat des 51 %, par exemple, ça ne me tracasse pas, ça ne dépend que du LOSC. En revanche, le plan d'entreprise, ça m'intéresse très fort. On veut que l'ancrage mouscronnois soit respecté, on veut que le Futurosport continue à se développer, on veut que l'investissement dans notre centre de formation soit prolongé. On demandera que les infrastructures et le personnel soient sauvegardés. " Parmi les pistes citées, il y a un projet qatari. Le groupe qui a acquis Maxime Lestienne serait sur le point de signer le rachat des parts du LOSC. L'agent danois Mikkel Beck, ex-joueur de Lille, aurait servi d'intermédiaire. Il a déjà des joueurs à Lille et à Mouscron. Le rachat par le groupe qatari lui permettrait d'en placer d'autres au RMP. On entend même que le deal serait déjà réglé mais mis au frigo pour quelques semaines, histoire de calmer la Pro League et l'Union Belge, inquiètes de la nouvelle construction. Pour une histoire de contrats de prêts : les joueurs prêtés par Lille seraient sous contrat avec le LOSC exclusivement et mis à disposition du RMP sur la base du partenariat. Si Mouscron garde ces joueurs à partir de janvier et si le propriétaire du club n'est plus le LOSC, ils devront être mis sous contrat avec le RMP, ce qui coûterait beaucoup plus cher au club. Par exemple parce qu'un extra-communautaire signifie des dépenses en plus pour l'employeur. Et aussi parce que le RMP devrait payer une partie des salaires, ce qu'il ne ferait pas pour le moment. Dans ce raisonnement, les directions (du RMP et du LOSC) et le repreneur qatari joueraient simplement la montre. " C'est n'importe quoi, ça n'a aucun sens ", tranche Edward Van Daele. " Je ne sais pas sur quoi se base cette rumeur qatarie. Et au niveau des contrats de prêt, tout est très clair. Les six joueurs prêtés par Lille sont sous contrat de travail au RMP. Il existe une convention entre les clubs et, à côté, un contrat de travail en bonne et due forme avec Mouscron Péruwelz. Ils ont le même style de contrat que les joueurs prêtés par Bruges. Les Lillois sont prêtés pour une saison, tous les contrats seront respectés, quel que soit le nouveau propriétaire. " Dans le staff, par contre, on trouve des statuts différents. Rachid Chihab, son adjoint et l'entraîneur des gardiens sont employés par Lille qui les détache à Mouscron Péruwelz alors que le préparateur physique et Fernando da Cruz (qui est sur le banc les jours de match parce qu'il possède la Pro License que Chihab n'a pas) sont salariés du RMP. PAR PIERRE DANVOYE - PHOTOS: BELGAIMAGE" Ce n'est pas parce qu'il est majoritaire que le LOSC peut faire ce qu'il veut avec le RMP. Il faudra un projet qui nous convient. " Edward Van Daele, président de Mouscron