Officiellement, il s'appelle Evangelos Pavlidis mais à Tilburg, on l'appelle Vangelis. En janvier, le VfL Bochum, pensionnaire de deuxième Bundesliga, a loué le jeune Grec, modeste mais plein d'assurance, à Willem II, qui s'est empressé de le transférer à titre définitif cet été, pour 250.000 euros et un contrat jusqu'en 2022.

C'est bien joué du club de Tilburg car l'avant, qui joue des deux pieds avec un égal bonheur, marque les yeux fermés. Auteur de cinq buts en 14 matches la saison passée, le néo-international est en bonne voie pour s'inscrire dans la lignée des grands noms grecs qui ont animé le championnat néerlandais, comme Nikos Machlas, Angelos Charisteas, Giorgios Samaras et, bien sûr, Yannis Anastasiou. " Être cité à la suite de ces grands footballeurs est génial ", vient de déclarer Pavlidis à Voetbal International. " Progressivement, tout se met en place. "

Pavlidis a quitté le petit Bebides 2000 à seize ans pour tenter sa chance en Allemagne. Il a obtenu sa chance au VfL Bochum en janvier 2015. Ses parents l'ont suivi, dans l'espoir qu'il réussisse une carrière professionnelle. Vasilios, son frère, joue en U19 de Schalke 04. Les deux garçons ont rapidement appris l'allemand. Vangelis a achevé ses humanités et a effectué ses débuts en deuxième Bundesliga. En janvier 2018, il a intégré l'équipe B du Borussia Dortmund, auquel il a été loué, afin d'obtenir plus de temps de jeu en Regionalliga. C'est là que des équipes néerlandaises l'ont remarqué.

Le paisible jeune homme se distingue par son sang-froid devant le but. Son assurance est impressionnante. Willem II ne constitue sans doute qu'une étape dans sa carrière. " En effet, je veux me faire un nom dans ce club et lui offrir des succès. Disputer les play-offs et la finale de la coupe, une fois encore, serait chouette. " Dont acte.

Officiellement, il s'appelle Evangelos Pavlidis mais à Tilburg, on l'appelle Vangelis. En janvier, le VfL Bochum, pensionnaire de deuxième Bundesliga, a loué le jeune Grec, modeste mais plein d'assurance, à Willem II, qui s'est empressé de le transférer à titre définitif cet été, pour 250.000 euros et un contrat jusqu'en 2022. C'est bien joué du club de Tilburg car l'avant, qui joue des deux pieds avec un égal bonheur, marque les yeux fermés. Auteur de cinq buts en 14 matches la saison passée, le néo-international est en bonne voie pour s'inscrire dans la lignée des grands noms grecs qui ont animé le championnat néerlandais, comme Nikos Machlas, Angelos Charisteas, Giorgios Samaras et, bien sûr, Yannis Anastasiou. " Être cité à la suite de ces grands footballeurs est génial ", vient de déclarer Pavlidis à Voetbal International. " Progressivement, tout se met en place. " Pavlidis a quitté le petit Bebides 2000 à seize ans pour tenter sa chance en Allemagne. Il a obtenu sa chance au VfL Bochum en janvier 2015. Ses parents l'ont suivi, dans l'espoir qu'il réussisse une carrière professionnelle. Vasilios, son frère, joue en U19 de Schalke 04. Les deux garçons ont rapidement appris l'allemand. Vangelis a achevé ses humanités et a effectué ses débuts en deuxième Bundesliga. En janvier 2018, il a intégré l'équipe B du Borussia Dortmund, auquel il a été loué, afin d'obtenir plus de temps de jeu en Regionalliga. C'est là que des équipes néerlandaises l'ont remarqué. Le paisible jeune homme se distingue par son sang-froid devant le but. Son assurance est impressionnante. Willem II ne constitue sans doute qu'une étape dans sa carrière. " En effet, je veux me faire un nom dans ce club et lui offrir des succès. Disputer les play-offs et la finale de la coupe, une fois encore, serait chouette. " Dont acte.