" Si Lucas Biglia était belge, je ne le reprendrais jamais en sélection ". René Vandereycken fait un jour cette confidence à Antoon Germeys, ex-scout d'Anderlecht qui habite non loin de son domicile à Hasselt. " Il voit en l'Argentin un milieu de terrain nageant entre deux eaux, ni défensif, ni offensif, et trop limité dans son apport à l'ensemble. Chaque fois que je metta...

" Si Lucas Biglia était belge, je ne le reprendrais jamais en sélection ". René Vandereycken fait un jour cette confidence à Antoon Germeys, ex-scout d'Anderlecht qui habite non loin de son domicile à Hasselt. " Il voit en l'Argentin un milieu de terrain nageant entre deux eaux, ni défensif, ni offensif, et trop limité dans son apport à l'ensemble. Chaque fois que je mettais en exergue un élément positif, il le contrebalançait automatiquement d'une remarque négative : rendement ou production insuffisante, absence de changement de rythme, etc. " On s'en serait douté, quelques anciens sélectionneurs ne voient pas les choses sous le même angle que le coach national actuel. Comme Georges Leekens, par exemple : " Je ne dis pas que je l'inclurais dans mon onze de base mais il ferait partie de l'effectif. J'ai été appelé récemment à délivrer mon équipe-type des Diables à l'émission Studio 1 sur la VRT et celle-ci était articulée, dans l'entrejeu autour du quatuor Steven Defour, Axel Witsel, Marouane Fellaini et Guillaume Gillet. C'est pour moi la ligne médiane idéale quand il s'agit de produire le jeu. En revanche, lorsqu'il faut subir, je suis d'avis de coupler Jan Vertonghen au côté de Fellaini. Mais quand on croule vraiment sous la pression, comme c'était le cas contre l'Espagne, je crois que l'apport d'un gars de la trempe de l'Argentin pourrait se révéler utile. Biglia, c'est un bon placement dans toutes les acceptions du terme et l'assurance de garder le ballon. " Même son de cloche chez Robert Waseige : " Tout dépend du noyau sélectionnable. Si tout le monde est opérationnel, je penche personnellement pour une ligne médiane formée de Fellaini et Vertonghen dans l'axe, plus Witsel ou Gillet et Defour. Vertonghen, c'est le cerbère devant la défense, Fellaini le box-to-box et Witsel ou Gillet les excentrés capables d'apporter la profondeur. Reste alors Defour qui est, à mes yeux, une version plus élaborée que Biglia. Excellent dans son rôle de récupérateur, il est plus décisif que l'Argentin en matière de distribution offensive ainsi qu'en zone de tir. Reste que dans le noyau élargi, un Biglia belge aurait sa place, bien sûr. "