A l'Union belge, on fait fi des critiques médiatiques qui s'abattent sur Georges Leekens. On est même sur le point d'entrer dans une nouvelle ère technologique sur le plan de la communication !
...

A l'Union belge, on fait fi des critiques médiatiques qui s'abattent sur Georges Leekens. On est même sur le point d'entrer dans une nouvelle ère technologique sur le plan de la communication ! Stefan Van Loock, porte-parole de la Fédé : Non, car le bilan chiffré reste bon malgré les nombreux points perdus en route. Le baromètre le plus important, c'est le public. Il a compris notre projet et il donne du crédit au staff technique. On sait qu'il se laisse influencer par les résultats et la presse... Il s'agit de quelques commentaires isolés. D'ailleurs, Eric Gerets et Michel Preud'homme n'auraient pas fait mieux. Qui serait libre sur le marché pour le remplacer ? Personne. Leekens est un motivateur hors pair. Il est adoré par l'équipe et le public. Il a été chaleureusement applaudi par les nombreux fans lors de la séance d'entraînement publique entre les matches contre le Kazakhstan et l'Allemagne. Et on aurait pu amener 5.000 spectateurs de plus à Düsseldorf. Il y a un climat positif autour des Diables que Leekens a contribué à créer. Trois nouveaux sponsors nous ont d'ailleurs rejoints ces six derniers mois. On veut prolonger cette ambiance positive et c'est pour cette raison que le staff cherche à affronter de grosses équipes lors des prochains matches amicaux : la France, la Roumanie,... Des noms plus séduisants que le Luxembourg ou les Iles Féroé, malgré tout le respect que je voue à ces équipes. Oui, nous sommes montés dedans. Mais ces projets demandent du temps. Depuis quelques semaines, nous avons un nouveau webmaster branché sur les nouvelles technologies incontournables (Facebook, Twitter). Notre site web, qui accueille 400.000 visiteurs uniques par mois, va faire peau neuve dans le courant du mois de novembre. Le look sera plus agréable et le contenu beaucoup plus complet. Nous allons mettre en évidence nos équipes de jeunes et les dames par le biais de vidéos. Pas les Diables Rouges car la presse télé et écrite propose déjà le contenu maximum. On veut vraiment embellir notre image de marque. PAR SIMON BARZYCZAK