Avec le départ de Leekens, l'Union belge et Stefan Van Loock, son porte-parole, se sont une nouvelle fois retrouvés dans l'£il du cyclone.
...

Avec le départ de Leekens, l'Union belge et Stefan Van Loock, son porte-parole, se sont une nouvelle fois retrouvés dans l'£il du cyclone. Un journaliste de VTM m'a contacté pour me dire qu'il avait lu la nouvelle sur le site du Het Laatste Nieuws. J'ai d'abord cru à une blague. J'ai téléphoné à Steven Martens : il n'était pas non plus au courant. Il m'a juste dit qu'un numéro privé l'avait appelé. Il pensait qu'il s'agissait de Benoît Thans. Or, c'était Philippe Collin. Nous avons joint plusieurs dirigeants et, une fois la nouvelle confirmée, on a averti la presse. Le président De Keersmaecker était à Westerlo. Il a eu une réaction très émotionnelle. C'est compréhensible, non ? De notre côté, on a voulu rester rationnel en organisant vite une conférence de presse. Personne n'a paniqué. C'est la vie. Il faut pouvoir passer à autre chose. J'ai travaillé pour la télé et je comprends leur déception. Mais tout avait été dit la veille. La presse nationale a surtout critiqué Leekens. On nous a reproché d'ignorer qu'il ne finissait jamais ses contrats. Mais il n'y avait aucun signe annonciateur d'un départ ! C'est lui qui a perdu en crédibilité, pas la Fédé. Une nouvelle fois, ce n'est pas l'Union belge qui a donné une mauvaise image, mais la presse. Sud Presse a dit sur son site que Gerets serait présenté à midi : ridicule ! Il n'y avait eu aucun contact. Malgré le démenti, plus de journalistes étaient présents que d'habitude lors de l'annonce de la sélection. L'effet de curiosité a joué. Certains feraient toutefois bien de se regarder dans la glace. Il était nécessaire. Il reste des lacunes mais le résultat est très positif. Chaque jour, plusieurs news sont postées, etc. Et la base de données est impressionnante. Parce que nous l'avons voulu complet. Exemple : on y trouve les résultats des dames et des jeunes qui remontent aux vingt dernières années. Nous avons comparé notre site à ceux des fédérations allemande ou française. Aucun n'est aussi précis. Pour parvenir à ce résultat, il a fallu engager des étudiants qui ont dû vérifier les documents, etc. Sans compter des problèmes techniques avec la firme qui a créé le site.