Le nouvel avant de Manchester City est aujourd'hui le transfert le plus cher de Bundesliga : 33 millions ! Le Bayern n'avait versé " que " 30 millions au VfB Stuttgart pour Mario Gomez. A Wolfsburg où il est arrivé du FK Teplice pour quatre millions, Edin Dzeko (1m92) formait un duo redoutable aux côtés du Brésilien Grafite, plus travailleur, ce qui lui permettait de se consacrer à des tâches plus élégantes.
...

Le nouvel avant de Manchester City est aujourd'hui le transfert le plus cher de Bundesliga : 33 millions ! Le Bayern n'avait versé " que " 30 millions au VfB Stuttgart pour Mario Gomez. A Wolfsburg où il est arrivé du FK Teplice pour quatre millions, Edin Dzeko (1m92) formait un duo redoutable aux côtés du Brésilien Grafite, plus travailleur, ce qui lui permettait de se consacrer à des tâches plus élégantes. Puissant, doté d'un bon jeu de tête et des deux pieds, Dzeko est aussi très mobile. Auteur de 96 buts en 138 matches de Bundesliga, il a réalisé des actions superbes et inscrit des goals de classe mondiale, ce qui n'a pas échappé à Roberto Mancini, l'entraîneur de City. " Mon talent est naturel ", explique Dzeko. " Jusqu'à 16 ans, j'étais souvent le plus petit de l'équipe. J'ai dû affiner ma technique et comme mon jeu de tête souffrait de ma taille, j'ai aussi entraîné mon pied gauche, plus faible. Puis j'ai grandi de 20 centimètres en un an, sans perdre ma technique ni ma coordination. Je suis surtout fier de mon assurance : sur le terrain, j'ai le sentiment d'être capable de tout et c'est ce qui me permet d'inscrire des buts impossibles. "Depuis deux saisons, de grands clubs d'Italie et d'Angleterre tentaient en vain de l'embaucher mais Wolfsburg s'accrochait à son prix : 40 millions d'euros. La carrière de Dzeko a subi un coup d'accélérateur en quelques mois car, à ses débuts professionnels en Bosnie-Herzégovine, l'attaquant ne jouissait pas d'un grand crédit. Son allure lui avait valu le surnom de Lanterne. Alors que les Bosniaques avaient succombé aux charmes de Hasan Salihamidzic, de Meho Kodro, de Sergej Barbarez et de Safet Susic, ils trouvaient Dzeko trop statique et maladroit. Le FK Zeljeznicar, le grand club local où il a entamé sa carrière pro, s'est demandé s'il ne souffrait pas de problèmes d'audition quand le FK Teplice a offert 25.000 euros pour les services de Dzeko. " Nous avons pensé avoir gagné à la loterie ", se rappellent encore les dirigeants. Après ce transfert, en 2005, l'attaquant a d'abord été loué six mois à Ústí nad Labem, une formation de D2 tchèque. " J'ai toujours progressé par petits pas ", explique Dzeko. " Je suis passé de la D1 bosniaque à la D2 tchèque puis à son élite avant d'être transféré dans un club allemand moyen. En Bundesliga, j'ai lutté successivement pour un billet en Coupe UEFA puis pour le titre et disputé enfin la Ligue des Champions. " L'avant a signé à Manchester City pour quatre saisons et demie. " C'est la récompense d'une vie de dur labeur. Tout le monde trouve que mon style convient bien à la Premier League. " Dzeko est né à Sarajevo il y a 24 ans. Quand la guerre civile éclate et que Sarajevo est la cible des bombes, il n'a que six ans. Ces tragiques événements l'ont empêché de s'affilier à un club avant l'âge de dix ans. " Ce fut une période horrible. Mes compatriotes ont beaucoup souffert. Pendant quatre ans, chaque fois qu'on entendait des tirs, je devais courir me mettre à l'abri. Notre maison a été détruite et nous avons emménagé chez mes grands-parents. Leur petite maison abritait quinze personnes. Jour après jour, nous tremblions à l'idée d'apprendre le décès d'un proche. Je savais que le danger était omniprésent car les bombardements sont aveugles. Il était impossible de jouer dans la rue. La guerre m'a endurci. "Même si son étoile a atteint le firmament, Dzeko est considéré comme la modestie personnifiée en Allemagne. Nous l'avons vérifié il y a un an et demi quand nous lui avons rendu visite à Wolfsburg. Interrogé sur ce qui lui manquait pour émarger à l'élite mondiale absolue, l'attaquant avait répondu : " J'ai encore tout à apprendre. Je n'ai que 23 ans. Je dois devenir plus régulier. " Le fait qu'il ait fait traîner les négociations avec Manchester City en exigeant le salaire hebdomadaire astronomique de 180.000 euros, pour en obtenir finalement 120.000, n'y change rien. Ainsi, Dzeko se contentait-il d'une Golf blanche pour circuler à Sarajevo, pendant ses vacances. Volkswagen, le sponsor principal du VfL Wolfsburg, apprécia mais cela démontre aussi que l'attaquant n'éprouve pas le besoin de baigner dans le luxe. Il s'est aussi attiré de nombreux compliments en apprenant l'allemand rapidement. Dzeko, musulman pratiquant, vivait près du stade de Wolfsburg et il a refusé toutes sortes de lucratifs contrats de sponsoring. Gamin, il imitait les vedettes de son club préféré, Milan. Le départ de la colonie hollandaise de San Siro n'y a rien changé : Dzeko a toujours été attiré par le numéro neuf milanais le plus populaire de tous les temps. Récemment, Rudi Völler, directeur sportif du Bayer Leverkusen et ancien international, issu de la même génération que Marco van Basten, a déclaré qu'Edin ressemblait beaucoup à celui-ci, ce que Dieter Hoeness, le directeur technique de Wolfsburg, n'a pu qu'approuver. " Van Basten était longiligne, jouait des deux pieds et était fort de la tête tout en étant rapide et fin technicien. Exactement comme Dzeko, qui est plus costaud et donc plus complet. " PAR VINCENT OKKER - PHOTO: BELGA" Jusqu'à 16 ans, j'étais souvent le plus petit de l'équipe. "