NOTRE NATURE

VALTTERI MOREN (27 ans) : " Les Belges sont beaucoup plus volubiles que les Finlandais. C'est agréable mais parfois, j'ai envie de rester à la maison, au calme. Ne me comprenez pas mal : je ne dis pas que les Belges sont bruyants mais nous sommes le peuple le plus calme du monde. Quand je rencontre des gens, je préfère les écouter avant de parler. Et je ne serai jamais le plus bruyant de la bande. De ce point de vue, je suis typiquement finlandais.
...

VALTTERI MOREN (27 ans) : " Les Belges sont beaucoup plus volubiles que les Finlandais. C'est agréable mais parfois, j'ai envie de rester à la maison, au calme. Ne me comprenez pas mal : je ne dis pas que les Belges sont bruyants mais nous sommes le peuple le plus calme du monde. Quand je rencontre des gens, je préfère les écouter avant de parler. Et je ne serai jamais le plus bruyant de la bande. De ce point de vue, je suis typiquement finlandais. On trouve des cabanes partout en Finlande, surtout sur les îles bordant la côte d'Helsinki. Petit, je ne sautais pas de joie quand mes parents décidaient de passer quelques jours dans la maison de mes grands-parents. Comme toutes ces résidences secondaires, elle est située en pleine nature et il n'y a pas grand-chose à faire. Il ne faut pas non plus s'attendre à du luxe : ce sont des cabanes avec quatre murs en bois et un toit. Le sauna est indispensable. Rares sont les cabanes qui n'en sont pas équipées, de même qu'il y a souvent une cible pour jouer aux fléchettes. Mais pour un adolescent, ce n'est pas attirant. Je préférais rester avec mes copains, jouer au football ou au hockey sur glace. Depuis, j'ai appris à adorer ces excursions à la cabane de mes grands-parents, près de l'océan, au milieu des arbres. On n'entend que le bruit des vagues. J'ai grandi à Helsinki et je suis donc un citadin. Je ne voudrais pas passer ma vie dans les bois mais c'est idéal pour faire une pause. À cette époque de l'année, il fait constamment nuit dans le nord du pays. À Helsinki, le soleil se lève vers onze heures et se couche vers quinze heures. Je n'aime donc pas trop les hivers finlandais. Par contre, le mois de juin est fantastique. Nous fêtons le jour le plus long de l'année. C'est un jour férié officiel durant lequel tous les Finlandais sont dans leur cabane. Il ne fait vraiment nuit que pendant deux ou trois heures. À l'occasion de cette fête, je me rends généralement dans la maison d'amis. Nous allons au sauna, nous sortons nous rafraîchir, nous buvons une bière, nous retournons au sauna, nous en sortons pour nager dans un lac proche, nous jouons aux fléchettes, un simple essuie autour des hanches, et nous retournons une dernière fois au sauna. Ce qui est aussi amusant, c'est de fabriquer une canne à pêche avec des branches. On y place des vers et on peut donc pêcher sans matériel sophistiqué. On cuisine ensuite une délicieuse soupe de poisson. On peut visiter la maison du Père Noël à Rovaniemi. L'année passée, Lionel Messi y est venu. On peut aussi y pratiquer le ski alpin et le ski de fond. Celui-ci est aux Finlandais ce que le cyclisme est aux Belges. De ce point de vue, je ne suis pas typiquement finlandais car je trouve ça très monotone. Nous avons une autre attraction : les aurores boréales. J'en ai vu pendant un trip à ski avec ma famille près de Rovaniemi. Vous avez encore plus de chances d'en apercevoir plus au nord, à Ivalo. J'y suis allé une fois avec l'école mais l'endroit est plutôt destiné aux amoureux de la nature. On ne peut y pratiquer que la randonnée et le kayak. Jari Litmanen est le meilleur footballeur finlandais de tous les temps. J'ai découpé un poster de lui dans le Foot Magazine finlandais et je l'ai accroché dans ma chambre. J'ai eu la chance de jouer avec Litmanen au HJK Helsinki. Il était proche de la retraite mais il n'avait rien perdu de son talent : on pouvait toujours lui passer le ballon car il en faisait bon usage et tous ses gestes semblaient simples. Ici, les gens doivent conserver leurs poubelles sur le balcon de leur appartement jusqu'à ce qu'elles puent. À Anvers, où j'habite maintenant, on les ramasse tous les vendredis mais à Beveren, on est obligé de garder ses sacs pendant deux semaines. En Finlande, il y a partout des conteneurs où les gens peuvent se débarrasser de leurs ordures quand ils le souhaitent. "