Année de fondation : 1919
...

Année de fondation : 1919 Président : Manuel Llorente Martin Stade : Mestalla (55.000 places) Site : www.valenciacf.com Transfert le plus cher : Joaquin (25 millions d'euros du Bétis Séville en 2006) Palmarès : 6 titres, 7 Coupes, 1 C2, 3 C3, 2 Supercoupes Saison passée en CL : huitièmes de finale Qualification : automatique Natif de Valence, Roberto Soldado a rejoint le Real Madrid en 2000. Il en a parcouru les équipes d'âge pour arriver à l'équipe B mais sans jamais s'imposer en A. Loué à Osasuna puis transféré à Getafe , cet attaquant doté d'un réel sens du but a été transféré pour dix millions par Valence il y a un an, pour pallier le départ à Barcelone de David Villa. Il a marqué quatre buts contre Getafe le 2 avril dernier. Champion d'Europe junior en 2004, il n'a joué que 2 matches avec la Roja. Si Emery savait quelle tactique adopter, Valence aurait un problème en moins, disent les mauvaises langues. Il a longtemps hésité entre le 4-3-3, le 4-4-2 et son préféré, le 4-2-3-1, où Soldado a pris la place d' Aduriz. Les ailes sont parées avec Hernandez, Piatti ou Feghouli. Pour faciliter la conquête du ballon, le coach veut avancer la défense. Dans l'entrejeu, Parejo et Canales doivent construire le jeu et alimenter l'attaque. Valence a fait le grand nettoyage durant l'été, pour se débarrasser des éléments indisciplinés. Une douzaine de joueurs sont partis et ont été remplacés par des éléments ambitieux comme Canales, Parejo et Piatti. Le noyau a rajeuni de quatre ans, la moyenne étant de 24 ans. Valence a aussi acquis l'international français Rami, un renfort indispensable en défense. Les attentes du club et du public sont démesurées. Certes, si Valence trouve son équilibre, la réussite est envisageable mais les propos du président n'aident pas les joueurs : malgré ses dettes, il estime que la troisième place est l'objectif minimal. Si l'équipe ne réussit pas sur les trois fronts, elle sera impitoyablement huée dans son propre stade. Dans le courant de la saison dernière, nul n'aurait imaginé qu' Emery devienne le troisième entraîneur, après Alfredo Di Stefano et Jacinto Quincoces, à rempiler pour une quatrième saison à Valence. Le président ne voulait prolonger son bail qu'une fois la qualification pour la Ligue des Champions assurée. Emery y est parvenu en terminant troisième, pour la deuxième année d'affilée, avec le même bilan -21 victoires et 8 nuls, malgré le départ de Villa, Silva et Marchena. Il a même déclaré vouloir lutter pour un prix sur tous les fronts mais c'était avant le départ de Mata. Malgré tout, l'entraîneur reste contesté : des joueurs comme Dominguez (prêté cette saison à River Plate) et Miguel se distinguent par leur absence de discipline et font la une des journaux. Valence a commis quelques faux-pas. Emery est donc en sursis.