LA STAR : DAVID VILLA

Originaire de Langreo, dans les Asturies, où il est né le 3 décembre 1981, DavidVilla a débuté au club local, l'Union Popular de Langreo. Comme attaquant, déjà. Tout simplement. On lui a demandé à quel poste il souhaitait jouer, et il a répondu : -Devant, pour marquer des buts. Il ne songeait alors qu'à s'amuser. C'est lorsqu'il a signé, à 17 ans, au Sporting Gijon, qu'il a commencé à penser qu'il pouvait devenir professionnel. Il joua d'abord une saison avec l'équipe B, puis deux saisons avec l'équipe Première, en D2. En 84 matches, il inscrivit 4...

Originaire de Langreo, dans les Asturies, où il est né le 3 décembre 1981, DavidVilla a débuté au club local, l'Union Popular de Langreo. Comme attaquant, déjà. Tout simplement. On lui a demandé à quel poste il souhaitait jouer, et il a répondu : -Devant, pour marquer des buts. Il ne songeait alors qu'à s'amuser. C'est lorsqu'il a signé, à 17 ans, au Sporting Gijon, qu'il a commencé à penser qu'il pouvait devenir professionnel. Il joua d'abord une saison avec l'équipe B, puis deux saisons avec l'équipe Première, en D2. En 84 matches, il inscrivit 41 buts. Cela lui valut l'intérêt de Saragosse, où il fut transféré en 2003. Dès sa première saison, il remporta la Coupe du Roi et marqua un but fabuleux en finale contre le Real Madrid. La seconde saison fut du même tonneau. Au total, en 92 rencontres, il trouva le chemin des filets à 39 reprises. Assez pour que Valence paie les 12 millions d'euros nécessaires pour acquérir ses services en 2005. Il éclata définitivement la saison dernière. Bien qu'il ait commencé la saison en qualité de remplaçant, il ne tarda pas à conquérir ses galons de titulaire et les justifia pleinement : il est devenu le meilleur buteur espagnol de la Liga, avec 25 buts, juste derrière le Camerounais SamuelEto'o (26). Fils de mineur, David Villa ne s'est jamais offusqué qu'on le surnomme El Guaje, un sobriquet qu'on attribue généralement aux apprentis dans les mines. Son credo a toujours été le travail quotidien. " Travail " est le mot qu'il répète le plus fréquemment dans ses déclarations, toujours empreintes d'humilité. Il sait qu'il lui a fallu beaucoup de sacrifices pour arriver là où il est aujourd'hui. Il a retenu les conseils que lui a donnés Quini, l'ancien attaquant vedette du Sporting (dont le vrai nom est Enrique Castro Gonzalez) et ne manque jamais de les appliquer. Il a débuté en équipe nationale le 9 février 2005 face à Saint-Marin et a réalisé l'un de ses rêves en participant à la Coupe du Monde. Avec l'arrivée de FernandoMorientes, destinée à soulager DavidVilla dans son rôle de buteur, Valence devrait évoluer en 4-4-2. Au but, le vétéran et capitaine SantiagoCanizares est toujours l'une des valeurs sûres de l'équipe. En défense, on retrouve le polyvalent MiguelAngelAngulo à droite et l'Italien EmilianoMoretti à gauche. L'axe central sera composé de DavidNavarro et, en principe, du jeune RaulAlbiol qui, lors de l'ouverture du championnat, a obtenu la préférence sur CarlosMarchena. Dans l'entrejeu, on retrouve deux médians récupérateurs : DavidAlbelda et le Brésilien Edu. Silva, arrivé du Celta Vigo, devrait occuper le flanc droit, alors que Vicente occupe le flanc gauche. Le duo d'attaque est donc composé de Fernando Morientes, arrivé de Liverpool, et de David Villa. Petit détail : Joaquin est arrivé du Betis Séville dans les dernières heures de la période des transferts mais Valence ignorait qu'il était suspendu pour la Ligue des Champions. Eh oui : même à ce niveau, de telles erreurs sont commises !