Dimanche, le leader, Valence, recevait la lanterne rouge, l'Espanyol Barcelone. Jamais encore, en 84 ans d'histoire, Valence n'avait connu un tel début de championnat. Le match d'ouverture, contre Valladolid (1-1), avait pourtant laissé les aficionados sur leur faim, mais les sorties suivantes (y compris celles face au Real Madrid et au FC Barcelone) se soldèrent par autant de victoires. Comme, cette saison, Valence ne dispute pas la Ligue des Champions, le club doit être considéré comme un sérieux candidat au titre.

Les chiffres attestent des forces et faiblesses de l'équipe. Le point fort, c'est assurément la défense. Inscrire un but à SantiagoCanizares relève de l'exploit. Mais le mérite n'en revient pas uniquement au gardien et à ses défenseurs. Le travail de récupération de RubenBaraja et DavidAlbelda dans l'entrejeu soulage grandement leur tâche.

En milieu de terrain, le football pratiqué est rarement chatoyant, mais toujours efficace. Avec RobertoAyala en ratisseur et PabloAimar en meneur de jeu, Valence se révèle une équipe difficile à man£uvrer.

Confronté à des soucis financiers (Valence a une dette de 129 millions d'euros et a subi une perte d'exploitation de 4,6 millions la saison dernière), le club n'a pas pu engager certains joueurs qu'il convoitait, comme SamuëlEto'o et ClaudioLopez. Le seul nouveau venu, en provenance du FC Santos, est le jeune attaquant RicardoOliveira (23 ans) qui se révèle déjà comme une réussite. Le succès de Valence est d'autant plus étonnant que le club est continuellement en proie à des querelles internes. C'est un secret de polichinelle que le directeur technique SusoGarciaPitarch et l'entraîneur RafaBenitez entretiennent des relations très tendues. Par ailleurs, le président JaimeOrti n'hésite jamais à mettre de l'huile sur le feu. Il critique sans cesse et se montre très peu diplomate.

Mais la bombe n'explose pratiquement jamais. Ces guerres d'influences ne trouvent que peu de répercussions sur le terrain. L'équipe semble imperturbable et les résultats contribuent à apaiser les tensions. Pitarch s'est même surpris à louer le travail de Benitez : - Sensacional !, s'est-il exclamé. (D. Devos)

FLORENTINO PEREZ a assuré qu'il se représentera aux élections à la présidence du Real Madrid, l'été prochain. Selon lui, cette charge n'est pas incompatible avec ses responsabilité de patron de la firme ACS. JOAQUIN, le joueur le plus adulé par les sympathisants du Betis Séville, a prolongé son contrat pour six saisons supplémentaires. JUANJOSELORENZO est le nouveau directeur sportif d'Osasuna, la révélation du début de saison. VALENCE accueillera le match Espagne-Norvège en barrage des éliminatoires de l'EURO.

BUTEURS : 1. Pandiani (Deportivo), Ronaldo (Real) 6 buts ; 3. Mista (Valence) 5 ; 4. Extebarria (Bilbao), Milosevic (Celta) 4.

Dimanche, le leader, Valence, recevait la lanterne rouge, l'Espanyol Barcelone. Jamais encore, en 84 ans d'histoire, Valence n'avait connu un tel début de championnat. Le match d'ouverture, contre Valladolid (1-1), avait pourtant laissé les aficionados sur leur faim, mais les sorties suivantes (y compris celles face au Real Madrid et au FC Barcelone) se soldèrent par autant de victoires. Comme, cette saison, Valence ne dispute pas la Ligue des Champions, le club doit être considéré comme un sérieux candidat au titre. Les chiffres attestent des forces et faiblesses de l'équipe. Le point fort, c'est assurément la défense. Inscrire un but à SantiagoCanizares relève de l'exploit. Mais le mérite n'en revient pas uniquement au gardien et à ses défenseurs. Le travail de récupération de RubenBaraja et DavidAlbelda dans l'entrejeu soulage grandement leur tâche. En milieu de terrain, le football pratiqué est rarement chatoyant, mais toujours efficace. Avec RobertoAyala en ratisseur et PabloAimar en meneur de jeu, Valence se révèle une équipe difficile à man£uvrer. Confronté à des soucis financiers (Valence a une dette de 129 millions d'euros et a subi une perte d'exploitation de 4,6 millions la saison dernière), le club n'a pas pu engager certains joueurs qu'il convoitait, comme SamuëlEto'o et ClaudioLopez. Le seul nouveau venu, en provenance du FC Santos, est le jeune attaquant RicardoOliveira (23 ans) qui se révèle déjà comme une réussite. Le succès de Valence est d'autant plus étonnant que le club est continuellement en proie à des querelles internes. C'est un secret de polichinelle que le directeur technique SusoGarciaPitarch et l'entraîneur RafaBenitez entretiennent des relations très tendues. Par ailleurs, le président JaimeOrti n'hésite jamais à mettre de l'huile sur le feu. Il critique sans cesse et se montre très peu diplomate. Mais la bombe n'explose pratiquement jamais. Ces guerres d'influences ne trouvent que peu de répercussions sur le terrain. L'équipe semble imperturbable et les résultats contribuent à apaiser les tensions. Pitarch s'est même surpris à louer le travail de Benitez : - Sensacional !, s'est-il exclamé. (D. Devos) FLORENTINO PEREZ a assuré qu'il se représentera aux élections à la présidence du Real Madrid, l'été prochain. Selon lui, cette charge n'est pas incompatible avec ses responsabilité de patron de la firme ACS. JOAQUIN, le joueur le plus adulé par les sympathisants du Betis Séville, a prolongé son contrat pour six saisons supplémentaires. JUANJOSELORENZO est le nouveau directeur sportif d'Osasuna, la révélation du début de saison. VALENCE accueillera le match Espagne-Norvège en barrage des éliminatoires de l'EURO. BUTEURS : 1. Pandiani (Deportivo), Ronaldo (Real) 6 buts ; 3. Mista (Valence) 5 ; 4. Extebarria (Bilbao), Milosevic (Celta) 4.