Tactique

Fidèle à ce 4-4-2 grâce auquel il a gravi les échelons du football espagnol, Marcelino a construit une équipe aux automatismes bien rôdés, capable de récupérer le ballon pour se projeter rapidement vers l'avant grâce à un jeu d'associations en triangles. Emmenée par Garay, la solide défense des Chés est désormais soutenue par Cillessen, arrivé de Barcelone. Le latéral gauche Gayà est l'un des joueurs les plus importants des reconversions offensives, en compagnie du capitaine Parejo, maître à jouer au milieu de terrain.

Aux côtés de l'artiste espagnol, Marcelino semble préférer Coquelin à Kondogbia pour équilibrer son dispositif. Les choix sont également nombreux sur les flancs, où le coach opte généralement pour la profondeur de Guedes à gauche et la créativité de Torres à droite suite à la blessure de Soler, l'une des jeunes promesses du football espagnol.

La force principale de l'équipe se situe aux avant-postes, où le club a réussi le tour de force de conserver Rodrigo, l'un des attaquants les plus sous-estimés du gratin européen. Épaulé par Gameiro ou par le jeune Maxi Gomez, l'international espagnol est l'arme numéro un des Chés.

Star: Gonçalo Guedes

Dani Parejo est la plaque tournante et Rodrigo le buteur mais Gonçalo Guedes leur vole la vedette. Le Portugais de 22 ans est apte à occuper à peu près tous les postes offensifs mais il préfère opérer depuis le flanc gauche. Ses dribbles sont un tourment pour n'importe quel défenseur. Mais il doit encore améliorer ses statistiques.

Fidèle à ce 4-4-2 grâce auquel il a gravi les échelons du football espagnol, Marcelino a construit une équipe aux automatismes bien rôdés, capable de récupérer le ballon pour se projeter rapidement vers l'avant grâce à un jeu d'associations en triangles. Emmenée par Garay, la solide défense des Chés est désormais soutenue par Cillessen, arrivé de Barcelone. Le latéral gauche Gayà est l'un des joueurs les plus importants des reconversions offensives, en compagnie du capitaine Parejo, maître à jouer au milieu de terrain. Aux côtés de l'artiste espagnol, Marcelino semble préférer Coquelin à Kondogbia pour équilibrer son dispositif. Les choix sont également nombreux sur les flancs, où le coach opte généralement pour la profondeur de Guedes à gauche et la créativité de Torres à droite suite à la blessure de Soler, l'une des jeunes promesses du football espagnol. La force principale de l'équipe se situe aux avant-postes, où le club a réussi le tour de force de conserver Rodrigo, l'un des attaquants les plus sous-estimés du gratin européen. Épaulé par Gameiro ou par le jeune Maxi Gomez, l'international espagnol est l'arme numéro un des Chés. Dani Parejo est la plaque tournante et Rodrigo le buteur mais Gonçalo Guedes leur vole la vedette. Le Portugais de 22 ans est apte à occuper à peu près tous les postes offensifs mais il préfère opérer depuis le flanc gauche. Ses dribbles sont un tourment pour n'importe quel défenseur. Mais il doit encore améliorer ses statistiques.