Adresse : Antigua Senda de Senent 11-9A, 46023 Valencia
...

Adresse : Antigua Senda de Senent 11-9A, 46023 Valencia Tél. : 00 34 96 3372626 Fax : 00 34 96 3372335 Internet : www.valenciacf.es Palmarès européen : C2 1980 ; C3 1962, 63, 2004En lutte avec le jeune Iker Casillas pour le poste de gardien titulaire en équipe nationale, dont il est un pilier depuis 1993, Santiago Ruiz Canizares (1,81m-78 kg) est une véritable personnalité dans le football espagnol. Son influence dans le vestiaire est énorme et il n'hésite jamais à donner de la voix. Il se montre autoritaire dans son rectangle et guide ses défenseurs. Son agilité féline lui permet aussi de s'interposer avec brio sur les tirs adverses. Doté d'excellents réflexes, il est l'un des gardiens les plus sûrs d'Europe. C'est aussi un keeper très spectaculaire, qui n'hésite pas à faire le spectacle. A 34 ans, il peut se targuer d'une longue carrière. Il a débuté en 1989-1990 à Castilla, qui était à l'époque l'équipe filiale du Real Madrid et évoluait en D2. Après des passages à Elche et à Merida, toujours dans l'antichambre de l'élite, il débuta en D1 sous le maillot du Celta Vigo, en 1992. Il y resta deux saisons (36 matches la première saison et 38 la seconde) avant de retrouver le Real Madrid. Sans parvenir réellement à s'y imposer. Pendant ses trois premières saisons, il ne joua au total que 15 rencontres de championnat. Sa quatrième et dernière saison au stade Santiago Bernabeu, en 97-98, fut aussi la meilleure avec 26 matches de Liga à son actif. C'est après qu'il partit pour Valence où il est devenu le numéro 1 incontesté depuis l'été 1998. Fier de ses titres et de sa carrière, il fait aussi les choux gras des journalistes car il ne manie jamais la langue de bois. Rafa Benitez, l'homme qui a offert deux titres en trois ans au FC Valence, s'en est allé à Liverpool. Claudio Ranieri a traversé la Manche en sens inverse : il a quitté Chelsea pour revenir dans un club qu'il connaît bien. Sous sa houlette, le club ché s'est italianisé : Emiliano Moretti, StefanoFiore, BernardoCorradi et MarcoDi Vaio ont débarqué. Pourtant, à première vue, peu de choses ont changé : les premières compositions d'équipe du nouveau mentor ont ressemblé comme deux gouttes d'eau à celles de son prédécesseur. Là où cela pourrait changer, c'est dans l'animation du système. Rafa Benitez, dans la foulée d' HectorCuper, avait formé un bloc très homogène, solide défensivement mais aussi capable d'inscrire beaucoup de buts la saison dernière. Claudio Ranieri, aux influences forcément italiennes, pourrait être tenté d'assurer d'abord ses arrières et de demander à ses médians de moins appuyer les offensives. Sur papier, le système utilisé est un 4-4-2 classique. Au but, Santiago Canizares est le numéro 1 incontesté. Le quatre arrière : en l'absence du défenseur central argentin Roberto Ayala (blessé), on trouve à droite Curro Torres, dans l'axe central Carlos Marchena et David Navarro, et à gauche l'éternel Amedeo Carboni. A 39 ans, il continue à arpenter son couloir comme en ses plus beaux jours. Dans l'entrejeu, Ruben Baraja, auteur du premier goal en Supercoupe fin août, et David Albelda forment probablement la meilleure paire de médians récupérateurs d'Europe. Ils constituent, devant la défense, un premier rempart difficilement franchissable, mais n'hésitent pas non plus à prêter main forte à la division offensive lorsque les circonstances s'y prêtent. L'équipe du FC Valence s'articule véritablement autour de ce duo. A gauche, on trouve un troisième international espagnol : Vicente, rapide dans ses débordements et doté d'un centre très précis, est également une valeur sûre de l'équipe. A droite, Francisco Rufete devra peut-être subir la concurrence de Stefano Fiore. Devant, Marco Di Vaio tourne autour de l'attaquant de pointe : soit Mista, soit Corradi. Il a déjà donné une première satisfaction à ses dirigeants en inscrivant le deuxième goal de la Supercoupe d'Europe contre Porto (2-1) PabloAimar, pourtant l'un des grands talents du football argentin, semble devoir attendre son tour sur le banc : il n'a pas entamé la saison comme titulaire. Aimar, l'un des grands talents du football argentin, attend son tour sur le banc